•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPVM enquêtera sur les pratiques de la police de Sherbrooke

Radio-Canada

C'est le Service de police de la Ville de Montréal qui enquêtera sur les allégations de fabrication de preuves dans le dossier du meurtre de Julie Boisvenu.

C'est le Service de police de la Ville de Montréal qui enquêtera sur les allégations de fabrication de preuves dans le dossier du meurtre de Julie Boisvenu.

La demande lui a été adressée par le ministère de la Sécurité publique, qui a reçu le dossier du commissaire à la déontologie policière.

Les allégations de fabrication de preuves étaient contenues dans une plainte pour harcèlement déposée par un policier de la Ville de Sherbrooke contre cinq de ses supérieurs.

Le commissaire a rejeté la plainte pour harcèlement, mais il a recommandé au ministère de poursuivre l'enquête sur des allégations jugées par lui suffisamment graves.

Par ailleurs, le procès de Hugo Bernier se tiendra en mai plutôt qu'en mars, mais il pourrait bien ne pas se tenir à Sherbrooke. Les avocats du meurtrier allégué de Julie Boisvenu ont l'intention de déposer une requête en changement de juridiction avant le 19 décembre.

L'un des avocats de Hugo Bernier, Marc Labelle, doute que son client puisse obtenir un procès juste et équitable à Sherbrooke.

Selon lui, il serait presque impossible de trouver 12 jurés neutres et objectifs dans cette ville où a eu lieu le meurtre. Le juge Michel Beauchemin fera connaître sa décision le 8 janvier.

Hugo Bernier, 28 ans, est accusé de meurtre, d'enlèvement, de séquestration et d'agression sexuelle. Julie Boisvenu a été tuée le 23 juin 2002, après avoir passé la soirée en compagnie d'amis dans un bar. Elle y avait célébré sa nomination récente comme gérante de la boutique de chaussures où elle travaillait.