•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transports en commun : reprise des négociations prévue mercredi

Gavin McGarrigle d'Unifor tient une conférence de presse en compagnie de chauffeurs d'autobus.

Le porte-parole d'Unifor, Gavin McGarrigle, tient une conférence de presse en compagnie de chauffeurs d'autobus.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Les travailleurs des transports en commun du Grand Vancouver sont prêts à retourner à la table des négociations dès mercredi, mais préviennent leur employeur, la compagnie Coast Mountain Bus Company (CMBC), qu'ils pourraient avoir recours à des moyens de pression supplémentaires en cas d’impasse.

Si un accord n’est pas conclu d’ici vendredi, les chauffeurs d’autobus refuseront d’effectuer des heures de travail supplémentaires, ce qui pourrait entraîner des perturbations dans le réseau de transport, selon le porte-parole d’Unifor, Gavin McGarrigle.

Des dizaines de trajets du SeaBus ont déjà été annulés entre le centre-ville de Vancouver et le quai Lonsdale, à North Vancouver, en raison de l'interdiction des employés d'entretien d'effectuer des heures supplémentaires.

Des travailleurs du transport en commun lors d'un point de presse.

Les 5000 membres ont voté à 99 % pour donner un mandat de grève au syndicat.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Le syndicat réclame de meilleurs salaires, des avantages sociaux et des conditions de travail améliorées pour ses membres. Nous sommes prêts à travailler fort pour parvenir à un accord équitable et espérons sincèrement que [l'employeur] ne joue pas à des jeux lorsqu'il nous demande de reprendre les discussions, affirme M. McGarrigle.

Dans un communiqué, le président de la CMBC, Michael McDaniel, se dit encouragé par ce développement et espère parvenir à un accord qui conviendra aux parties concernées.

La semaine dernière, M. McDaniel a enjoint au syndicat de reprendre les négociations. Il a suggéré d’avoir recours à un médiateur, ce que le syndicat a refusé, réclamant d'abord une offre « sérieuse » de son employeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Transport en commun