•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des armes à feu d’une puissance « militaire » saisies par la police de Winnipeg

L'inspecteur Max Wadell au pupitre de la conférence de presse avec entreposé devant lui un fusil de guerre avec une lunette de visée et des balles de calibre 50.

L'inspecteur Max Wadell, à la tête du service des armes et des gangs, a supervisé cette opération de saisie qui a eu lieu le 8 novembre.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Mohamed-Amin Kehel

Les enquêteurs de police de Winnipeg ont révélé, mardi matin, en conférence de presse, une impressionnante saisie de 22 armes à feu ainsi que des caisses de munitions. La saisie a été réalisée le 8 novembre dans une maison de la Promenade Marine.

La police a présenté la saisie qui comportait des armes de poing, des fusils d’assaut et des balles longues de la taille d'une main, capables, selon le chef de la police, Danny Smyth, de perforer les gilets pare-balles que portent les officiers en temps normal.

Une caisse de munitions de fusils de calibre 50.

Les balles de calibre 50 sont capables de traverser les gilets pare-balles des policiers.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Ce que vous voyez là, ce sont des balles de calibre 50 pour les armes de poing et de calibre 50 également pour les fusils. Cela équivaut à une puissance de feu extraordinaire.

Danny Smyth, chef de la police de Winnipeg

Pour l'inspecteur Max Wadell, responsable du service des armes et des gangs, la saisie se démarque par la puissance de feu « militaire » des armes saisies, plus que par leur quantité. Le 30  octobre dernier, une cache de 73 armes avait déjà été retrouvée par la police.

Plusieurs armes de poings de type Magnum et Smith et Wesson entreposées sur une table.

En tout, 22 armes à feu ont été saisies.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Un lien potentiel avec des homicides

La cache a été découverte après l'arrestation d'un homme de 24 ans, Rami Hagos, visé par un mandat d’arrêt national. Il était présent aux funérailles de Jamshaid Wahabi, un jeune homme abattu par balle au Citizen Nightclub de Winnipeg le 2 novembre.

Au moment de son arrestation, l'homme était en possession d’une arme de poing de type Desert Eagle de calibre 50, ce qui a conduit les enquêteurs à se rendre dans une maison de la Promenade Marine, où le reste des armes étaient entreposées. Rami Hagos a par la suite été placé en détention préventive.

Toutes ces armes appartenaient à un homme de 40 ans qui les a achetées légalement et les a enregistrées. Il a lui aussi été accusé de plusieurs contraventions à la loi sur les armes à feu.

La police dit poursuivre son enquête pour déterminer si ces armes sont liées à des crimes violents à Winnipeg.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Justice et faits divers