•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuivre ses études en français à T.-N.-L. : une question de sacrifices?

De gauche à droite, Emily Green, Nadia Marmouche et Jesse Lawrence.

Emily Greene, Nadia Marmouche et Jesse Lawrence se sont réunies samedi en marge de l'assemblée générale annuelle de Franco-Jeunes, l'organisme jeunesse francophone à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Patrick Butler

Emily Greene, Nadia Marmouche et Jesse Lawrence sont de fières francophones. Les jeunes femmes viennent de trois différentes régions de Terre-Neuve-et-Labrador. À un moment donné, elles ont toutes trois faites face à la même question : devrais-je poursuivre mes études en français?

Pour Emily Greene, étudiante à l’Université Memorial, la question se pose depuis la 7ᵉ année.

Originaire de Labrador City, sa scolarisation commence au Centre éducatif l’ENVOL, une école dont le gymnase n’est pas assez grand pour jouer au volleyball ou au basketball. À l'époque, il n’y avait que quatre élèves dans son année scolaire. Elle était la seule fille.

On ne pouvait pas avoir de danse, il n’y avait pas de prom. C’était vraiment quelque chose que j’allais manquer. Ce n’était pas un environnement enrichissant pour la vie sociale.

Emily Greene

Emily Greene a finalement décidé d’aller à l’école secondaire Menihek, une école d’immersion, pour avoir l’expérience qu’une adolescente devrait avoir.

Emily Greene.

Emily Greene

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Nadia Marmouche, étudiante à l'Université Memorial et résidente de Saint-Jean, a aussi choisi de quitter l’École des Grands-Vents à cause du manque d’espace et d’élèves. Il y avait seulement une quinzaine d’élèves au secondaire et très peu d’activités parascolaires.

Elle note toutefois que depuis l’ouverture, en 2017, de l’École Rocher-du-Nord, une deuxième école francophone pour la région de Saint-Jean, le nombre d’inscriptions au secondaire et la variété de cours offerts ont augmenté.

S’il y avait cette école quand moi j’étais là, peut-être qu’au lieu de quitter j’aurais pu rester, remarque-t-elle.

Partir ailleurs et payer plus cher pour étudier en français

D’autres jeunes francophones de Terre-Neuve-et-Labrador n’ont pas la possibilité de choisir entre le système anglophone et francophone.

Jesse Lawrence habite à Pasadena, une communauté située à deux heures de route de l’école francophone la plus proche. Elle va à l’école d’immersion, à Corner Brook, où la plupart des cours sont donnés en anglais.

Parfaitement bilingue, elle devra décider au cours des prochains mois où elle veut aller à l’université. Mais une multitude de facteurs influencent son choix.

Est-ce que je reste ici? Est-ce que je poursuis mes études en français, mais ailleurs? Qu'est-ce qui est accessible pour moi? Qu'est-ce qui est raisonnable? Est-ce que je peux payer pour un bac ailleurs? Et est-ce que les programmes que je veux faire sont offerts en français? se demande-t-elle.

C’est difficile parce qu’on sait que ce n’est pas possible de tout faire.

Jesse Lawrence

Jesse Lawrence

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Sachant qu’elle perdait son français à l’école anglophone, Emily Greene avait considéré s’inscrire à l’Université McGill pour être plus près de sa famille francophone. Mais elle a fini par choisir l’Université Memorial, où un gel des frais de scolarité pour les étudiants de Terre-Neuve-et-Labrador existe depuis 20 ans.

Disons que le prix à McGill et le prix à l'Université Memorial, c’est deux affaires très différentes, explique-t-elle, en ajoutant qu’elle espère aller à McGill pour faire son doctorat en médecine.

Importance du milieu associatif

Les trois jeunes, réunis à Saint-Jean samedi dernier pour l'assemblée générale annuelle de Franco-Jeunes, soutiennent que les associations francophones à Terre-Neuve-et-Labrador sont surtout importants pour les jeunes qui ne fréquentent pas une école francophone. Depuis qu'Emily Green est arrivée à Saint-Jean pour ses études, œuvrer avec Franco-Jeunes est devenu sa façon de protéger et de célébrer sa francophonie.

C’est vraiment important que les jeunes francophones aient un endroit à se [rencontrer] avec leurs amis francophones et pratiquer la langue parce qu’après avoir passé toute la journée à parler anglais, si tu n’as nulle part où aller pour parler français, tu vas perdre la langue, souligne-t-elle.

Jesse Lawrence fait le même constat.

À chaque fois que je suis dans un endroit anglophone, même ici à Saint-Jean, aussitôt que tu trouves quelqu'un qui parle français, vous avez une connexion. C’est important de garder cette connexion entre francophones, soutient-elle.

Avec les organismes comme Franco-Jeunes, tu peux garder cette connexion et tu peux trouver d’autres francophones. Comme ça, notre communauté francophone grandit. C’est excitant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Éducation