•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'environnement, un enjeu prioritaire pour les Canadiens

Des bouteilles de plastique vide traînant sur le sol mouillé.

L'environnement est considéré comme une préoccupation prioritaire par les Canadiens, selon un récent sondage de l'Institut Environics.

Photo : Getty Images / Jack Taylor

Marie-Michelle Borduas

Pour la première fois en 10 ans, l'environnement et les changements climatiques sont les questions qui préoccupent le plus les Canadiens. Selon un sondage de l’institut Environics, mené auprès de 2008 Canadiens du 7 au 20 octobre dernier, 24 % des personnes sondées en font la priorité.

En avril 2017, la proportion des Canadiens qui faisait de l’environnement leur principale préoccupation était de 5 %. Elle est passée de 14 % à 24 % entre avril et octobre 2019.

Selon le sondage par ailleurs, l'économie est un enjeu prioritaire pour 14 % des répondants, la santé pour 9 %, l'inflation, le coût de la vie et le prix de l’essence pour 8 %, et la gouvernance pour 8 %, notamment.

Si l’environnement est la priorité à l’échelle nationale, il ne détrône pas l’économie partout, explique Andrew Parkin, directeur général de l’Institut Environics.

Il précise qu’au Manitoba et en Saskatchewan l’environnement est considéré comme l'enjeu principal, mais qu'il se trouve presque à égalité avec l’économie.

La plus grande différence, c’est entre l’Alberta et le reste du pays, c’est en Alberta où l'on voit l’exception la plus frappante, dit M. Parkin. À cause de la crise économique actuelle, les gens sont beaucoup plus enclins à dire que l’économie demeure le problème majeur.

Le directeur général de l’Institut Environics précise que c’est à l’extérieur de ces trois provinces que l’on retrouve les Canadiens qui mentionnent l’environnement comme la principale préoccupation.

L’économie demeure une priorité

Sur le plan économique, M. Parkin souligne que le sondage met en lumière une inquiétude grandissante avec le passage du temps au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta.

Le plus grand changement dans le pays, c’est l’amélioration de l’économie au Québec et les problèmes avec l’économie dans l’ouest en général, mais surtout en Alberta, précise M. Parkin.

Le directeur général d’Environics ajoute qu’il n’y a pas d’économie nationale, mais plusieurs économies régionales et que cela joue sur la manière dont les gens voient les priorités.

Cette diversité de visions sur les questions qui touchent les Canadiens rend la gouvernance du pays plus complexe, selon Andrew Parkin.

L’écart entre le taux de satisfaction au Québec et dans l’ouest, surtout en Alberta, devient de plus en plus grand. Pour moi, ça résume le défi auquel fait face le gouvernement, lance Andrew Parkin. Pour un gouvernement qui doit résoudre des problèmes économiques et environnementaux en même temps, ce n’est pas facile.

Méthodologie :

Le sondage téléphonique a été effectué auprès d’un échantillon de 2008 Canadiens joints de façon aléatoire du 7 au 20 octobre 2019 avec une marge d’erreur de plus ou moins 2,2 %, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique