•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michael Sabia quittera la Caisse de dépôt un an plus tôt que prévu

Un processus de sélection a déjà été mis en place pour trouver son successeur.

« La Caisse est vraiment solide […] c’est le bon moment », a dit Michael Sabia pour expliquer son départ.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le « bas de laine des Québécois » perdra son PDG dans quelques mois.

Dans un communiqué transmis mardi midi, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a fait savoir que son président et chef de la direction, Michael Sabia, quittera son poste au début de février 2020, soit un peu plus d'un an plus tôt que prévu.

Son mandat ayant été renouvelé en 2017, il devait en théorie se terminer le 31 mars 2021.

Le dirigeant de la Caisse a souligné que son passage à la tête de l'institution aura été le plus grand privilège de sa carrière.

En entrevue au Téléjournal d'ICI Radio-Canada, M. Sabia a expliqué son départ par la situation de la CDPQ qui est en position de force. La caisse est bien positionnée pour presque tous les environnements du marché.

Selon moi, la Caisse est vraiment solide. Et donc pour moi, en tant que PDG, c’est le bon moment.

Michael Sabia, PDG de la CDPQ

M. Sabia se joindra à l'Université de Toronto à titre de dirigeant de la Munk School of Global Affairs and Public Policy. Son entrée en fonction aura lieu sitôt son mandat terminé à la CDPQ.

Dans un communiqué, l'Université de Toronto se réjouit d'accueillir l'un des chefs de file les plus accomplis du pays dans les domaines des affaires, de l'investissement et des politiques publiques.

Son départ coïncidera avec la publication des résultats annuels de la Caisse de dépôt, qui sont toujours rendus publics à cette période de l'année. En février dernier, elle avait annoncé un rendement de 4,2 % pour l'exercice financier de 2018.

Legault salue son passage à la Caisse

À Québec, le premier ministre François Legault n'avait que des éloges pour Michael Sabia.

Je lui ai parlé ce matin et je l’ai remercié. Je le remercie pour le travail qu’il a fait. On a eu de bons rendements à la Caisse de dépôt pendant qu’il était là, a rappelé le premier ministre.

C’était un excellent gestionnaire. C’est un gros travaillant et un homme brillant.

François Legault, premier ministre du Québec

Selon M. Legault, Michael Sabia quitte son poste en très bons termes avec le gouvernement. Il m’a offert d’ailleurs son aide pour des mandats de toutes sortes… Pour le REM, il va beaucoup regarder ce qui se passe avec les États-Unis, avec la Chine, donc on va pouvoir collaborer.

Les relations étaient excellentes. Moi, j’aimais bien travailler avec M. Sabia. Il était toujours très respectueux du rôle du ministre des Finances. De plus, lorsque nous sommes à Montréal, nos bureaux sont côte à côte, on a beaucoup d’échanges en personne, a témoigné pour sa part le ministre des Finances, Eric Girard, qui a précisé que le processus pour trouver son successeur serait accéléré étant donné son départ hâtif.

Un remplaçant sous peu

Le président du conseil d'administration, Robert Tessier, a déclaré qu'un processus de sélection avait déjà été enclenché pour dénicher la personne qui succédera à Michael Sabia. Les services d'une firme internationale, dont le nom n'a pas été précisé, ont été retenus par la Caisse.

M. Tessier a précisé que le processus sera terminé de façon à ce que le gouvernement du Québec soit en mesure d'approuver une nomination au début de l'année 2020 afin d'assurer une transition ordonnée.

M. Tessier devant un drapeau du Québec.

Le président du conseil d'administration de la CDPQ, Robert Tessier

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Michael Sabia s'est joint à la CDPQ en pleine crise financière. Ses pertes, en 2008, avaient atteint 40 milliards de dollars.

Sous sa gouverne, la Caisse a enregistré des rendements de 9,9 % sur 10 ans pour ses déposants, alors que la taille de son actif a presque triplé, pour atteindre 326,7 milliards de dollars.

Une occasion de changement, selon l'opposition

Dans les rangs de l'opposition, on estime que le départ annoncé de Michael Sabia est l'occasion pour le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) d'instaurer un changement de culture au sein de la Caisse.

On s’attend à ce que des balises éthiques plus claires soient établies : fini les placements dans des filières domiciliées dans des paradis fiscaux ou dans des industries mortifères comme celle du tabac, fini les partenariats avec des États qui violent les droits de la personne et, surtout, fini les investissements dans les secteurs polluants comme les hydrocarbures, qui n’ont plus leur place dans notre portefeuille collectif, a déclaré le député solidaire de Rosemont, Vincent Marissal.

Il est temps que le bas de laine des Québécois soit mis au service de la transition écologique. Pas en 2050 : dès maintenant, a-t-il ajouté.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Finance et assurances

Économie