•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

nous sommes les filles qui mourront sans être remarquées, de Mélodie Nelson, finaliste du Prix de poésie 2019

Portrait en couleur d'une femme, dans une église, en train d'allumer des lampions, un poupon en plastique dans les bras.

L'autrice Mélodie Nelson

Photo : Myriam Lafrenière

Radio-Canada

Originaire de Repentigny, Mélodie Nelson est détentrice d'un baccalauréat en études littéraires et d'un certificat en histoire de l’art. Ancienne travailleuse du sexe, elle a écrit les livres Escorte et Juicy.

Les opinions exprimées par les auteurs et autrices ne reflètent pas nécessairement celles de Radio-Canada. Certaines personnes pourraient s'offenser du contenu des textes. Veuillez noter que certains textes s'adressent à un public averti.

nous sommes les filles qui mourront sans être remarquées

j’ai lu l’histoire de la Grande Ourse dans un livre sur la chasteté

ils disent que le grain de beauté
sur mes grandes lèvres
c’est comme une étoile oubliée.

vérité ou conséquences
comme les jeux de mes quatorze ans
sans hot-dog ketchup moutarde.

je ne peux pas mentir comme les filles qui vendent des protéines shakes sur Instagram

je reste au lit
la bouche trop sèche sans la salive des autres
la moitié du corps comme du papier sablé

usé contre des barbes bleues, des marins qui portent le nom de leurs enfants sur la poitrine, des hommes en veston Hugo Boss, le concierge d’un bloc appartements, des Anglais qui se soucient de la santé de leur grand-mère.

j’ai une amie qui va au Ritz avec un des hommes les plus riches du pays
il lui parle de ses pieds et de ses cours de surf-pilates
pendant qu’elle lui montre quel modèle de Louboutin il doit lui commander
pour son troisième vingt-cinquième anniversaire.

je n’ai pas de beaux pieds
mon grain de beauté
une étoile qui ne va nulle part.
je voudrais la Grande Ourse entre mes cuisses
toutes les constellations des nymphes cachées pour ne pas mourir tout de suite
terrées dans mes draps sales, croûtés de sperme, mouillés de lubrifiant du département de la santé publique
starter pack de salope
survivre aux autres qui nous voudraient étranglées dans les bas résille de iStockphoto.

je suce
sans dire qu’à quatorze ans dans le boisé derrière mon école primaire
ma meilleure amie trouvait que tous les joints sentaient le pin.
un garçon m’embrassait couchée dans la terre même pas presque morte
sous lui
et pendant des années j’ai cru
que tous les garçons feraient comme les chiens
contre mes cuisses
mais ils ne sont pas comme ça les garçons.

ils ne sentent pas tous les rots de hot-dogs ketchup moutarde.

selfie de poupées de collection

si je meurs je serai encore
seule
comme toutes les nymphes aux talons brisés
déjà dans une baignoire en forme de cœur
sur un nuage à popper le champagne et à noyer des dick pics.

n’importe qui peut s’inventer prince charmant/capitaine Save-A-Hoe et me demander si je voulais être vétérinaire quand j’étais petite

ou murmurer au creux de mon oreille si je te vois avec un autre mec je lui tirerai dessus j’ai une arme dans ma garde-robe derrière mes bouteilles de vin achetées au Loblaws.

un professeur de mathématiques m’apporte des morceaux d’ananas prédécoupés, un aveugle me supplie de lui décrire les tenues des actrices du Gala Artis

je n’ai pas de télé
mais mes ongles sont couleur Tea With the Queen de Butter London.

il n’y a personne sauf les autres filles qui connaissent mon nom
ma collection de numéros de téléphone
les traces exactes que je chéris contre mon corps ces marques que mes mains caressent chaque soir un territoire un ciel immense à reconquérir

parce que nous sommes à collectionner
jusqu’à en crever.

elles connaissent aussi l’adresse de mes parents
et quel selfie je voudrai pour ma notice nécrologique.


Découvrez les autres finalistes du Prix de poésie Radio-Canada 2019

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles (fictions) et poèmes inédits soumis au concours.

Vous aussi, vous écrivez? Participez à nos prix de création!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts