•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

J'ai vu ma mère en rêve, de Maud Evelyne, lauréate du Prix de poésie 2019

Portrait en couleur de la jeune femme, assise sur une chaise, genoux relevés et pliés, et bras croisés. Elle porte une camisole noire, une jupe en denim et des bas résille.

L'autrice-compositrice-interprète et poète Maud Evelyne

Photo : Marilou Jetté-Gontran Chartré

Radio-Canada
Mis à jour le 

Originaire du Bas-Saint-Laurent, Maud Evelyne est autrice-compositrice-interprète. Elle a lancé un microalbum indépendant il y a un an, Le parking aux oiseaux (Nouvelle fenêtre).

Les opinions exprimées par les auteurs et autrices ne reflètent pas nécessairement celles de Radio-Canada. Certaines personnes pourraient s'offenser du contenu des textes. Veuillez noter que certains textes s'adressent à un public averti.

J'ai vu ma mère en rêve

1.

Je me souviens du camping
des cadavres sur le lac
ma mère des pansements sur les yeux
sous les sapins les étoiles

Je suis née dans un pédalo
comme un poisson surpris
je sentais le gruau
et le pit de feu

Ma mère a creusé
un trou plus grand que l’aube
pour enterrer les corps

Je me souviens du sang séché
des soutiens-gorge beiges
je n’ai rien appris depuis

2.

Tu parles aux fantômes
tu inventes des odeurs
de fleurs mystiques
des madames dans des sous-sols
te donnent des nouvelles
la météo des morts

ça va faire 50 piastres

Tu parles aux fantômes
comme tu parles aux chats
du pareil au même pas game
silence et blabla
empilés comme des factures
sur le bureau brun de la cuisine

Après la pluie demain
est un autre jour
suffit sa peine

3.

Je joue du Mozart
les couteaux sur le rond de poêle
je couche avec n’importe qui

(c’est moi qui crie dans tes rêves)

J’ai 13 ans je me taille les veines
chez Simons
ma mère joue à la poupée
nous mangeons des biscuits
pour ne pas pleurer

4.

Rien n’arrivera dimanche
sauf un miracle
genre mon père qui passe au travers
du moustiquaire
à cheval sur une drill
mon père qui dit à ma mère
faisons un autre enfant
trisomique

la peinture s’écaille au soleil
couchant sur la galerie
mes parents ont des mouches à chevreuil
dans les cheveux ils prennent une bière
peut-être ou alors
ils s’embrassent en polaroid
(ils vont parfois chez le dentiste)

Nous prendrons le temps de vivre
ainsi chantait mon père
quand il quitta le port

5.

Sur la colline rouge il y a

il y a des racines à manger
il y a des arbres calcinés
il y a ma mère
comme seul contenant Tupperware
possible

Sur la colline rouge
il y a des cheveux blancs
et des gants de vaisselle
il y a des mauvaises herbes
et le stationnement du Costco

Sur la colline rouge
il pleut une pluie éternelle
et c’est toujours la fête des Mères
(j’arrive en retard)

Sur la colline rouge
je cherche ta mamelle
ma langue s’est cassée
contre ton squelette

Dis-moi la vérité
montre-moi le visage
que j’aimais

Sur la colline rouge
j’ai vu ma mère en rêve


Découvrez les quatre finalistes du Prix de poésie Radio-Canada 2019

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles (fictions) et poèmes inédits soumis au concours.

Vous aussi, vous écrivez? Participez à nos prix de création!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts