•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de personnes recourant à l'aide alimentaire en Outaouais ne cesse d'augmenter

Un sac en papier brun avec le logo de Moisson Outaouais.

En Outaouais, 45 % des demandes de dépannage alimentaire proviennent de familles avec enfants.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

« La faim demeure un enjeu important et préoccupant » dans la région, conclut dans son bilan 2019 Moisson Outaouais, qui aide près de 12 000 personnes par mois, soit une hausse de 11 % par rapport à 2018.

Il faut nourrir ces gens-là et il faut trouver de nouvelles ressources pour approvisionner nos 41 organismes qui aident les populations qui sont dans le besoin en Outaouais, a lancé Armand Kayolo, directeur général de Moisson Outaouais, en entrevue à l'émission les Matins d'ici.

De plus en plus d'enfants sont touchés par la faim. Ils forment 37,9 % des personnes qui bénéficient des paniers à provisions. Parmi les enfants aidés, 210 sont âgés de 0 à 2 ans. 11 718 personnes précisément ont recours à l'aide alimentaire dans la région, soit une hausse de 11 % par rapport à 2018 et de 56 % par rapport à 2017.

De plus, un ménage sur 4 à faible revenu est touché par l'insécurité alimentaire, selon les chiffres de Moisson Outaouais.

Quelques chiffres de Moisson Outaouais :

  • Les demandeurs d’aide sont composés à 65,7 % de personnes vivant d’aide sociale, 9,4 % ayant un revenu d’emploi et de 7,6 % ont comme principale source de revenus une pension de vieillesse.
  • 23 % des personnes aidées ont reçu de l’aide plus d’une fois durant le mois.
  • Moins de la moitié des personnes touchées par l’insécurité alimentaire recourent à de l’aide.

Selon M. Kayolo, c'est la hausse des prix des loyers qui vient grever les finances des familles, forçant de nombreux travailleurs à temps partiel et au salaire minimum à demander de l'aide.

Le coût des logis ne cesse d’augmenter et les salaires ne suivent pas nécessairement. Les fins de mois sont difficiles

Armand Kayolo, directeur général de Moisson Outaouais

Appel à l'aide

Moisson Outaouais, dont les 42 organismes membres ont servi 44 803 repas et collations, soit près de 8000 de plus que l’année précédente, bénéficie du soutien de 25 épiceries qui redonnent leurs invendus. L'organisme vit aussi de dons de la communauté.

85 % de nos revenus viennent des donateurs, précise M. Kayolo.

Mais avec la hausse du nombre de personnes qui recourt à l'aide alimentaire, les besoins deviennent criants.

On voit bien que le nombre de personnes augmente. Il faut nourrir ces gens-là. Il faut aller trouver de nouvelles ressources pour approvisionner nos 42 organismes

Armand Kayolo, directeur général de Moisson Outaouais

Selon un rapport de l'organisme Banques alimentaires Canada, 48 % des usagers des banques alimentaires du pays entre mars 2018 et mars 2019 sont des personnes vivant seules. Cette proportion est en hausse et atteint des records cette année, alors qu'elle était de 38 % en 2010.

Banques alimentaires Canada demande notamment au gouvernement fédéral d'offrir plus de soutien aux adultes seuls grâce à un revenu de base et en créant un programme qui appuie les Canadiens malades ou au chômage lorsque leurs prestations de l'assurance-emploi ou d'invalidité sont sur le point de se terminer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Pauvreté