•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau centre de tri de Montréal envoie du verre dans un site d'enfouissement

Le centre de tri de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Robillard

Jean-Philippe Robillard
Daniel Boily

Le nouveau centre de tri de la métropole, qui sera inauguré mardi, va acheminer le verre récupéré par les Montréalais à l’enfouissement, faute de produire un verre trié de meilleure qualité. Le nouveau bâtiment qui a été construit au coût de 50 millions de dollars n’a toujours pas reçu la machine promise par Éco Entreprises Québec pour améliorer la qualité du verre trié. La matière sera utilisée comme recouvrement dans un site d'enfouissement.

Le centre de tri, situé dans l’arrondissement Lachine, est à la fine pointe de la technologie. On y retrouve de la machinerie dernier cri, y compris des trieurs optiques qui permettront de mieux séparer les matières récupérées et d'en augmenter ainsi la pureté et la valeur sur les marchés.

C’est un des centres de tri les plus modernes. La Ville de Montréal a vraiment mis tous les équipements requis pour que la matière produite soit de qualité.

Eric Blain, chef de division du service de l’environnement, Ville de Montréal
Un homme qui porte un casque de construction et des lunettes de protection répond aux questions d'un journaliste.

Jean-François Parenteau est responsable de l'environnement au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada

La machinerie permettra de produire des ballots de papier, de carton et de plastique de meilleure qualité ayant moins de matières contaminées, un enjeu crucial dans le secteur du recyclage.

On vise à avoir une meilleure qualité de matière pour notamment permettre le développement de marchés locaux ou faciliter l'exportation de matières, a expliqué Maxime Roberge, ingénieur à la direction des matières résiduelles de la Ville de Montréal.

Un homme qui porte un casque et des lunettes de protection répond aux questions d'un journaliste.

Maxime Roberge est ingénieur à la direction des matières résiduelles de la Ville de Montréal.

Photo : Radio-Canada

Mais dans ce nouveau centre de tri de 50 millions de dollars, il reste un immense espace vide. La machine dernier cri, promise par Éco Entreprises Québec depuis des mois pour mieux trier le verre, n'est toujours pas installée. L’organisme en a pourtant fait don à la Ville de Montréal pour améliorer la qualité de la matière triée.

C’est une question de commande. On l’a commandée. L’entente est signée. C’est le temps que ça arrive, soutient Jean-François Parenteau, responsable de l'environnement au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Résultat, le convoyeur qui amène le verre récupéré et trié dans le nouveau centre de tri n'est relié à aucune machine, ce qui fait qu'il décharge la matière directement dans un conteneur.

D’ici à ce que la machine de 2,5 millions de dollars soit installée et entre en fonction en mars prochain, l’opérateur du centre de tri va envoyer le verre qu’il trie dans un site d’enfouissement, où il sera utilisé comme matière de recouvrement, car sa qualité ne répond pas aux exigences du marché.

On est en recouvrement journalier en site d’enfouissement.

Maxime Roberge, ingénieur à la direction des matières résiduelles, Ville de Montréal

Selon nos informations, d'ici à ce que la machine donnée par Éco Entreprises Québec soit installée en mars, l’organisme et la Ville de Montréal tentent de convaincre des conditionneurs de prendre le verre trié plutôt que de l'envoyer à l'enfouissement, selon Maxime Roberge.

On est en discussion avec différents conditionneurs du Québec pour utiliser la matière. […] des conditionneurs sont venus voir le verre qu'on produit pour passer le plus vite possible à une étape de recyclage, révèle M. Roberge.

Selon des sources, l'appareil fabriqué par l'équipementier hollandais Van Dyk Recycling Solutions permettra d'atteindre un taux de pureté du verre trié de 95 % une fois qu'il sera en fonction. Le taux actuel de pureté du verre dans les centres de tri est d'environ 75 %.

Jean-François Parenteau croit qu’une telle qualité permettra de développer de nouveaux débouchés locaux pour le verre récupéré par les Montréalais. Avec un produit de meilleure qualité, on va permettre des débouchés locaux qui vont être meilleurs pour l'environnement et aussi promouvoir l’économie circulaire.

Chaque jour, environ 80 camions viendront décharger leurs cargaisons de matières récupérées dans le nouveau centre de tri de Lachine, ce qui correspond à environ 380 tonnes.

Jusqu'à 100 000 tonnes de matières recyclables pourront être traitées chaque année. Trente-cinq employés y travailleront. Leurs conditions de travail sont grandement améliorées, car ils travaillent dans un endroit insonorisé, ventilé et climatisé.

L’actuel centre de tri situé dans le quartier Saint-Michel continuera d'être exploité pendant encore cinq ans, le temps qu’un nouveau centre soit construit dans l’Est.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Recyclage