•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des projets immobiliers qui « obligent » la construction d'un 3e lien, dit Lehouillier

Les deux ponts de Québec, le premier et le deuxième lien entre Lévis et Québec.

Les deux ponts de Québec, le premier et le deuxième lien entre Lévis et Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Marc-Antoine Lavoie

Les projets immobiliers à la tête des ponts à Lévis entraîneront non seulement une énorme pression sur les traversées vers Québec, ils obligeront également le gouvernement Legault à aller de l'avant avec le projet de 3e lien, croit le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

La semaine dernière, le groupe Humaco annonçait la construction d'un nouveau quartier urbain, tout juste à côté des ponts à Saint-Nicolas. Le projet Cocité comprendra plus de 1000 unités résidentielles.

Le Groupe Dallaire ne s'en complexe pas. Il compte pour sa part investir 1,6 milliard de dollars sur la rive sud au cours des 15 prochaines années, notamment dans le secteur de Saint-Romuald.

Le chantier devrait débuter dès le printemps 2020 et durer 7 ans.

La construction de Cocité Lévis devrait débuter dès le printemps 2020 et durer 7 ans.

Photo : Humaco Stratégies

Même si ces projets risquent d'engorger davantage le réseau routier dans le secteur, Gilles Lehouillier ne croit pas qu'il faille ralentir le développement en attendant que de nouvelles infrastructures de transports voient le jour.

Avez-vous déjà entendu le gouvernement dire qu'il allait faire une autoroute au cas où il n'y aurait plus de fluidité dans 20 ans? Il attend toujours que ce soit engorgé avant d'investir, affirme-t-il.

Historiquement, les routes suivent lorsqu'il y a des projets de développement.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis
Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en marge d'une rencontre politique au sujet du 3e lien entre sa ville et Québec

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Jean Dubé, professeur à l'École supérieure de l'aménagement du territoire de l'Université Laval, est loin d'être persuadé que les nouveaux développements seront suffisants pour justifier la construction d'un troisième lien.

On va quand même demander à des gens de faire un détour beaucoup plus grand que ce qu'ils ont à faire comme parcours de toute manière, note le spécialiste.

Favoriser le développement

La Ville de Lévis a d'ailleurs modifié son schéma d'aménagement afin de densifier le boulevard Guillaume-Couture, tronçon ciblé pour l'aménagement de voies réservées au transport en commun.

Il est désormais permis de construire des bâtiments de huit à dix étages. La limite était auparavant de trois à quatre.

Maquette des voies réservées qui seront aménagées sur le boulevard Guillaume-Couture, à Lévis.

Maquette des voies réservées qui seront aménagées sur le boulevard Guillaume-Couture, à Lévis.

Photo : Ville de Lévis

Le maire se défend d'encourager les projets immobiliers pour favoriser la construction d'un nouveau lien entre Québec et Lévis. Il affirme que la Ville n'a d'autre choix que de se développer puisque la population de Lévis ne cesse de croître depuis une quinzaine d'années.

C'est clair que la croissance qu'on connaît oblige le gouvernement à passer à l'action.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Le maire est d'avis qu'il est grand temps d'investir à Lévis alors que la ville n'a fait l'objet d'aucun projet routier important depuis une vingtaine d'années.

La Ville de Lévis compte agir sur trois tableaux pour améliorer la fluidité de la circulation : le transport en commun et alternatif, l'amélioration des axes routiers existants et la construction du troisième lien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transports