•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Site de la ferme Chapais : le Fédéral ne sacre pas Lévis vainqueur

Le site de la ferme Chapais

Le site de la ferme Chapais à Lévis a une superficie comparable à la moitié de celle des plaines d'Abraham.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Marc-Antoine Lavoie

Si la Ville de Lévis a de grands projets pour le site de la ferme Chapais, un immense terrain offrant une vue imprenable sur Québec, le gouvernement fédéral n'a pas l'intention de se départir de sa propriété facilement.

Lors de la campagne électorale fédérale, le maire de Lévis avait demandé aux candidats de s’engager à céder les terrains, d’une superficie comparable à la moitié des plaines d’Abraham, à la Ville pour la somme symbolique d’un dollar.

Nous on veut développer une ferme sur une base coopérative avec un jardin communautaire, a expliqué Gilles Lehouillier lundi en marge du conseil municipal.

Or, la Société immobilière du Canada (SIC) a reçu comme mandat de consulter les citoyens pour connaître leurs attentes quant à la vocation du site. Des recommandations seront ensuite faites au propriétaire, Agriculture et Agroalimentaire Canada.

La population est d'ailleurs invitée à se prononcer sur la vocation du site mercredi au Complexe des deux places Honco.

Nous avons eu plusieurs rencontres avec les représentants de la Ville. Ils connaissent notre mandat et sont au courant de notre démarche de participation publique. La Ville de Lévis est un acteur clé avec qui nous entendons collaborer, a expliqué un porte-parole de la SIC, Marcelo Gomez-Wiuckstern.

La ferme Chapais est située au nord de la raffinerie Valéro, enclavée entre le boulevard Guillaume-Couture et la falaise donnant sur la rue Saint-Laurent.

Pas de développement privé

Entre 1914 et 1982, le site a été utilisé comme station de quarantaine animale, puis est devenu une ferme expérimentale jusqu’à la fermeture des lieux en 2014.

Affiche à l'entrée du site de la ferme Chapais.

La ferme Chapais est la propriété d'Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Si le gouvernement fédéral avait voulu à l'époque vendre le terrain à des promoteurs immobiliers, le maire n’est pas inquiet que cela se reproduise.

Ils sont soumis à la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme. Ils ne sont pas dans un cas, comme les activités portuaires, où ils sont soumis à aucune réglementation. En plus, c'est zoné public pour le moment, rassure Gilles Lehouillier.

Le maire ne veut pas s’alarmer à cette étape du processus. Il faut que ces étapes-là soient franchies, selon lui. Il faut que la SIC aille voir la température de l'eau.

Nous, on n'est pas consulté. On va voir ce qui va en sortir et après on avisera ce qu'on fera.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Gilles Lehouillier ajoute être ouvert à ce que le Fédéral demeure propriétaire du terrain seulement si les projets de développement visent à rendre le site accessible à la population.

On est ouvert à toutes les formules d'activités publiques et de conservations de l'accès à la population, avise-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Environnement