•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chirurgies hors délai en hausse au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Un chirurgien au travail dans la salle d'opération.

Un chirurgien au travail dans la salle d'opération.

Photo : getty images/istockphoto / lyosha_nazarenko

Charles Beaudoin

Près de 1600 patients en attente d'une chirurgie sont actuellement considérés hors délai sur le territoire du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, une augmentation de plus de 52% en un an, alors qu'ils étaient un peu plus de 1000 à pareille date l'an dernier.

La donnée se trouve parmi quatre « indicateurs qui ont connu une dégradation significative » et qui ont été présentés au conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, lundi soir, dans le cadre d'un bilan annuel sommaire visant à dresser un portrait de l'état des services à mi-chemin de l'année financière.

Dans le contexte actuel, avec le vieillissement de la population et le fait qu'on constate dans plusieurs sphères que les besoins de la population évoluent plus rapidement que notre capacité à faire évoluer des services, reconnait la présidente directrice générale adjointe au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Robin Marie Coleman.

Ça nous amène à faire des choses un peu différemment, comme l'ouverture aujourd'hui de l'IRM de nuit. [...] C'est un exemple de ce qu'on tente de faire autrement pour être en mesure, avec les appareils qu'on a dans la région, de répondre aux besoins des gens, ajoute-t-elle.

Robin Marie Coleman, présidente directrice générale adjointe au CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Robin Marie Coleman, présidente directrice générale adjointe au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Photo : Radio-Canada / Charles Beaudoin

La direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS continuera de sensibiliser les patients en attente d'une chirurgie comme des cholécystectomies (retrait de la vésicule biliaire) à la possibilité de recevoir des services équivalents dans d'autres hôpitaux de son territoire.

Parfois, on peut appeler quelques personnes avant que quelqu'un accepte de le faire, mais lorsqu'on le fait, ça nous permet de bien utiliser nos plateaux chirurgicaux et d'imagerie. Ce sont de petits gestes qui permettent d'avoir un meilleur accès à Fleurimont ou à l'Hôtel-Dieu qui ne peuvent se faire que dans ces endroits-là, précise Mme Coleman.

On aimerait que la population soit consciente de l'augmentation des demandes et, lorsque c'est possible pour eux de contribuer et d'accepter ces offres-là, de le faire pour nous aider de répondre aux besoins de la population de l'Estrie.

Robin Marie Coleman, présidente directrice générale adjointe au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Outre les chirurgies hors délai, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS note une hausse des dépenses par rapport au budget et une augmentation des membres du personnel en assurance salaire ou accidenté du travail. Le nombre d'événements à conséquences majeures a aussi grimpé de 36% comparativement à l'an dernier.

Robin Marie Coleman signale cependant que les 34 incidents, 28 sont liés à des chutes parfois considérées comme « inévitables ».

Le seul élément que l'on contrôle, c'est de faire une évaluation de chaque événement pour s'assurer que s'il y a des éléments sous notre gouverne qu'on peut améliorer, qu'on le fasse. Et ça, c'est vraiment fait, assure la présidente directrice adjointe.

Toujours plus d'absents au travail

Quant à la situation des quelque 1539 employés qui sont absents du travail actuellement, une hausse de 4% par rapport à 2018, le portrait devait s'améliorer, croit Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques au CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

On a une diminution assez notable du nombre de personnes qui sont absentes à temps complet pour la CNESST. Ça, c'est fort intéressant. Et on a une augmentation du nombre de personnes en CNESST qui sont en réadaptation. Ça, c'est une très bonne nouvelle, parce que ça veut dire que les gens reviennent au travail, explique-t-elle.

Tout n'est pas noir dans l'établissement, indique Robin Marie Coleman, qui rappelle que la majorité des 16 indicateurs se sont améliorés ou sont demeurés stables.

Elle de réjouit particulièrement de l'augmentation des heures de soins à domicile, qui a fait un bond de 30 000 heures en un an, soit une augmentation de 8%.

Ça, c'est quelque chose de très important, parce qu'avec le vieillissement de la population, et je vais le répéter, on se doit de faire des choses différemment. Et si on continue à offrir des soins exactement de la même façon en milieu hospitalier, on n'y arrivera pas, résume Robin Marie Coleman.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Soins et traitements