•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook lutte contre la vente d’animaux dans les Maritimes

Les agriculteurs sont importants en région.

Photo : iStock

Francis Pilon

Des propriétaires de fermes dans les Maritimes sont mécontents de la décision de Facebook d'interdire l'achat ou la vente d'animaux sur sa plateforme.

Le groupe Facebook Farming in the Maritimes comptait près de 17 000 membres lundi, soit quelque 500 personnes de moins qu’il y a trois mois.

L’administratrice du groupe, Stephanie Doiron, estime que cette perte est liée à la décision de Facebook de bannir les annonces de ventes d'animaux.

La jeune agricultrice dans sa serre avec des tomates dans les mains

Rébeka Frazer-Chiasson, présidente de l'Union nationale des fermiers, trouve que la politique de Facebook est incohérente par rapport à la vente d'animaux (archives).

Photo : Radio-Canada / Facebook : Terre partagée

Selon la présidente de l'Union nationale des fermiers du Nouveau-Brunswick, Rébeka Frazer Chiasson, cette politique du réseau social est incohérente.

Ça m'a surprise. Facebook [facilitait] l'échange ou la vente d'animaux... Surtout pour les fermiers et fermières isolés dans les régions rurales. C'est dommage.

Rébeka Frazer Chiasson, présidente de l'Union nationale des fermiers du Nouveau-Brunswick

Mme Frazer Chiasson soutient que cette décision de Facebook est inutile puisque les fermiers vont dorénavant se tourner vers d'autres plateformes Internet pour vendre leurs animaux.

Comme moi dans le passé, j'ai déjà vendu près de 200 poules sur la plateforme Kijiji pour un bon prix. En enlevant cet outil, on ne va pas enlever cette vente. On va juste la rendre plus difficile pour les gens en région rurale, affirme la présidente de l'Union nationale des fermiers du Nouveau-Brunswick.

Facebook réplique

Contactée par Radio-Canada, l’équipe de Facebook persiste et signe.

Toutes les publications sur [Facebook] Marketplace et sur les groupes d'achats et de ventes doivent être conformes à nos normes communautaires et à nos règles commerciales et ne peuvent pas promouvoir l'achat ou la vente d'animaux.

Un porte-parole de Facebook

Avec ce règlement, Facebook souhaite protéger le bien-être des animaux contre le commerce illicite, puisque le réseau social se dit incapable de garantir la sécurité d’une transaction entre deux personnes.

En dehors de nos plateformes commerciales, nous autorisons de telles ventes si elles sont enregistrées par des entités physiques, des agences de relogement d'animaux, des agences d'adoption et les refuges, ajoute le géant du web.

Le réseau social n'a toutefois pas divulgué le moment où sa politique est devenue active dans les Maritimes.

Une faille dans le système

Certains internautes disent toutefois avoir décelé une faille pour vendre leurs animaux sur Facebook.

C’est notamment le cas de Carole Doiron. Elle a trouvé un moyen de contourner la politique du réseau social pour annoncer la vente de ses poules dans la Péninsule acadienne au Nouveau-Brunswick.

Il ne faut pas mettre les animaux à vendre dans la publication, mais juste lancer une discussion normale avec le prix. Sinon, j’ai une notification qui m’avertit avec un détecteur de Facebook, explique Mme Doiron.

Annonce de poules à vendre sur Facebook.

Certains internautes ont toutefois décelé une faille pour vendre leurs animaux sur Facebook. C'est le cas de Carole Doiron qui a trouvé un moyen de contourner la politique du réseau social.

Photo : Facebook (capture d'écran)

Une astuce qui semble avoir eu des échos dans plusieurs groupes Facebook qui visent à vendre ou à donner des animaux.

Interface d'un groupe facebook pour vendre ou donner des animaux.

Certains internautes ont toutefois décelé une faille pour vendre leurs animaux sur Facebook, même si cela est contraire au règlement de la plateforme. C'est le cas de ce groupe nommé «Animaux à vendre ou a donner dans la Péninsule Acadienne».

Photo : Facebook (capture d'écran)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Intelligence artificielle