•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-élève de l’École St. Michael’s intente une poursuite

Photo de l'extérieur d'une école en briques jaunes; une arche et trois grands arbres sont en avant-plan.

L'adolescent aurait été agressé sexuellement par des membres de son équipe de football et intimidé.

Photo : St. Michael's College

Radio-Canada

Un ancien élève, qui aurait été victime d’agression sexuelle et d’intimidation, poursuit l’École St. Michael’s, trois ex-élèves de l’école privée pour garçons, de même que certains employés et les Pères Basiliens, qui gèrent l’établissement.

Selon des documents déposés la semaine dernière en Cour supérieure de l’Ontario, le garçon et sa famille réclament 1,65 million de dollars. Le tribunal leur a permis d’aller de l’avant tout en protégeant leur identité dans les documents de cour.

L’avocat de l’adolescent a salué cette décision, lors d’entrevue lundi avec La Presse canadienne.Il a énormément souffert l’an dernier, a commenté Me Iain MacKinnon. Non seulement il a été agressé comme il l’a été, ce qui est traumatisant, mais il a été ridiculisé, puis intimidé, quand  l’affaire a été rendue publique.

Dans la poursuite, le plaignant soutient qu’il a été ridiculisé pendant des mois après avoir été intimidé et agressé sexuellement par les membres de son équipe de football à l’école.

L’agression aurait été filmée par un autre élève avec son cellulaire et la vidéo, partagée.

L’adolescent soutient que quand l’affaire s’est ébruitée, il a été intimidé et harcelé dans son quartier et même sur la patinoire lors de parties de hockey.

Il dit avoir souffert de dépression, d’anxiété, de choc émotionnel et d’insomnie.

Selon Me MacKinnon, lui et ses parents ont subi un stress intense. Ils veulent vraiment que ceux qui ont laissé cela se produire soient tenus responsables, surtout l’école.

Les personnes et organisations nommées dans la poursuite n’ont pas déposé de défense. La direction de l’école et les Pères Basiliens n’ont pu être joints lundi.

D'après les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Crime sexuel