•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fortement intoxiqué, Kevin Jamieson reconnaît avoir poignardé sa mère à plusieurs reprises

Palais de justice de Ville-Marie, au Témiscamingue.

Palais de justice de Ville-Marie, au Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Kevin Jamieson a plaidé coupable à quatre chefs d’accusation lundi au palais de justice de Ville-Marie, dont celui de voie de fait causant de lésions corporelles à l’endroit de sa mère.

Les événements se sont produits à Notre-Dame-du-Nord le 27 mars dernier. L’accusé de 38 ans demeure détenu en attendant sa sentence le 9 avril prochain.

Un homme se prend en photo avec la caméra de son ordinateur, souriant.

Kevin Jamieson a été acquitté de tentative de meurtre. (archives)

Photo : Facebook/Kevin Jamieson

Retour sur les faits

Le 27 mars dernier, les policiers sont appelés à intervenir au domicile de Julianne Jamieson, la mère de l’accusé.

Selon les faits rapportés par la Couronne, l’accusé a poignardé sa mère à la tête à plusieurs reprises alors qu’elle dormait dans son lit.

Il a aussi menacé d’un couteau Georges Chevrier, qui se trouvait également dans le domicile.

Toujours selon la Couronne, l’accusé a dit à plusieurs reprises vouloir tuer sa mère et son conjoint. Il a toutefois lâché son arme avant l’arrivée des policiers.

Mélange de drogue et d'alcool

Dans leur déposition, les policiers ont affirmé que Kevin Jamieson était intoxiqué.

L’accusé a d’ailleurs avoué à la Cour qu’il avait consommé de l’alcool et une drogue forte, du crystal meth. Une évaluation ordonnée par la Cour confirme qu’il était en psychose le soir du 27 mars.

Jamieson a été acquitté sur le chef d’accusation de tentative de meurtre. Il a toutefois plaidé coupable aux quatre autres chefs, dont voie de fait et bris de condition.

Lors de sa libération conditionnelle en juillet dernier, il a été arrêté en Ontario pour vol d’argent et de véhicule. Jamieson demeure détenu jusqu’au prononcé de sa sentence. Un rapport présententiel a été demandé par le juge.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites