•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un immeuble de Sherbrooke infesté de coquerelles

L'insecte est au centre d'un rayon de lumière qui met en évidence ses couleurs orangée et brune.

Un immeuble d’une cinquantaine de logements de l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke (OMHS) est aux prises avec une infestation de coquerelles depuis quelques mois.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un immeuble d’une cinquantaine de logements de l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke (OMHS) est aux prises avec une infestation de coquerelles depuis quelques mois. Une situation qui serait maîtrisée, selon l’organisme.

Entre 4 et 5 logements de cet immeuble situé sur le territoire de Sherbrooke, dont on n'a pas plus de détails, seraient touchés par cette invasion.

Ça fait quelques mois que ça perdure. Ce n’est pas nécessairement dans les mêmes logements qu’on retrouve les coquerelles entre le début de l’infestation et maintenant. Les coquerelles peuvent aller d’un logement à l’autre, rapporte Marie-Claude Bégin, directrice générale de l’office municipal d’habitation de Sherbrooke, au micro de notre émission matinale Par ici l’info.

Selon Mme Bégin, l’OMHS a été mis au courant de la situation après l’appel d’un locataire qui a déclaré qu’il y avait des insectes dans son logement. Ce n’est que par la suite que l’exterminateur a pu confirmer que les insectes en question étaient des coquerelles, relate-t-elle.

Les punaises de lit, les coquerelles : des situations de plus en plus fréquentes?

Marie-Claude Bégin soutient qu’elle a constaté une augmentation des cas d’infestation de coquerelles et de punaises de lit au cours des 10 dernières années dans la région. Ce n’est pas seulement à Sherbrooke ni une situation propre à l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke, tempère-t-elle.

Mme Bégin invite tous les locataires de leur parc immobilier à collaborer avec eux pour tenter de freiner les cas d’infestation. Lorsqu’ils collaborent, ils préparent bien leur logement en vue du traitement et c’est là qu’on peut optimiser l’efficacité du traitement, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Habitat