•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'inarrêtable Évelyne Viens veut finir en beauté dans la NCAA

Évelyne Viens sourit entourée de de deux coéquipières la félicitant.

Évelyne Viens (#14), de L'Ancienne-Lorette, continue de réécrire le livre d'histoire des Bulls de l'Université South Florida.

Photo : Bulls de l'Université South Florida

Guillaume Piedboeuf

Évelyne Viens n’allait pas laisser son incroyable carrière universitaire se terminer dans la déception. La joueuse de soccer de L’Ancienne-Lorette a marqué tous les buts de l’Université South Florida (USF), en fin de semaine, pour guider son équipe au championnat de leur conférence et à une place au championnat national américain.

Confrontées à leurs grandes rivales de l’Université Central Florida en demi-finale de l’American Athletic Conference (AAC), les Bulls de USF n’avaient pas le choix de l’emporter pour demeurer en vie, vendredi soir. Évidemment, c’est la meilleure marqueuse de l’histoire de l’équipe, Évelyne Viens, qui a pris les choses en main avec deux buts dans la victoire de 2-1.

On avait perdu contre cette équipe-là cette saison et je savais que c’était la fin de ma carrière universitaire si on ne gagnait pas, donc c’était une pression additionnelle, explique celle qui dispute sa quatrième saison à USF.

Heureusement, elle n’est pas du genre à être étouffée par la pression. Dimanche, l’attaquante québécoise a remis cela et vengé une autre défaite subite par les Bulls plus tôt cette saison en marquant deux buts dans un gain de 2-0 contre Memphis pour mettre la main sur le championnat de la conférence AAC.

Ça a vraiment été l’une des belles fins de semaine de mon parcours universitaire. Finir avec le trophée, c’est incroyable, surtout pour les cinq finissantes de l’équipe. Il y a un bel enthousiasme autour de l’équipe, en ce moment, à USF.

Place au championnat national

Mais ce n’est pas vraiment la fin pour les Bulls de USF qui poursuivent maintenant leur chemin au championnat national avec les 64 meilleures équipes au pays. Un tournoi où, à l'image du March Madness au basketball, une seule défaite signifie l'élimination. Évelyne Viens et ses coéquipières ont rendez-vous vendredi soir, au premier tour, avec une équipe qu'elles connaissent bien, les Gators de l'Université de la Floride.

C’est une autre aventure qui commence et on est pas mal excitée, admet l'ancienne gloire des Élans de Garneau.

Participant au championnat national pour la 3e fois, la redoutable marqueuse de L’Ancienne-Lorette n’a encore jamais dépassé le 2e tour. L’an dernier, ce sont les puissantes Seminoles de Florida State, menée par la défenseure de Lévis Gabrielle Carle, qui avaient eu raison des Bulls. Évelyne Viens a tiré certaines leçons de la défaite.

On doit respecter ces grosses universités-là, mais pas trop. Il faut jouer notre match. On est une bonne équipe de soccer.

Un match à la fois… jusqu’au dernier

Même si elle est sait que sa carrière universitaire est à une défaite de se terminer, pas question pour l’auteure de 64 buts en 72 matchs à USF de jouer sur les talons.

On va y aller un match à la fois et s’assurer de jouer à notre façon. Si on joue en équipe et on croit en nous, on peut aller loin.

Sa décision de s’exiler au sud de la frontière il y a plus de trois aura certes été payante. Je ne pense pas que je serais à la même place au soccer si je n’avais pas réussi à embarquer dans ce train-là et venir jouer dans la NCAA.

Mais l’heure n’est pas encore à la nostalgie. Au début de l’année, j’y pensais plus. Que c’était la dernière fois que je faisais telle ou telle chose. Mais en même temps, je veux jouer professionnel, donc ce n’est pas la fin du soccer pour moi.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Soccer