•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17 nouveaux chefs d’accusation contre deux agents correctionnels de Rimouski

Le palais de justice temporaire de Rimouski

Le palais de justice temporaire de Rimouski

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Radio-Canada

Les deux agents correctionnels du Centre de détention de Rimouski arrêtés en septembre pour trafic de stupéfiants font face à 17 nouveaux chefs d’accusation. Ils ont comparu lundi matin au palais de justice de Rimouski.

Marc-Antoine Demers, 26 ans, fait face à neuf accusations et Pierre-Yves Albert, 30 ans, à huit accusations.

Ils sont entre autres accusés d’avoir distribué du cannabis illicite, de complot pour trafic de drogues, d’abus de confiance relativement à leurs fonctions au Centre de détention et d’avoir accepté de l’argent pour commettre une infraction.

Marc-Antoine Demers sort de l'enceinte du palais de justice (Archives).

Marc-Antoine Demers, à sa sortie du palais de justice de Rimouski (Archives)

Photo : Radio-Canada

Les actes en question se seraient produits entre le 1er avril et le 31 août 2019, selon le mandat d’arrestation.

Les deux agents correctionnels ont été remis en liberté sous caution et comparaîtront de nouveau le 13 janvier.

Un autoportrait de Pierre-Yves Albert

Pierre-Yves Albert est accusé de trafic de stupéfiants.

Photo : Facebook: Pierre-Yves Albert

Ils avaient notamment été accusés en septembre de possession de drogues en vue d’en faire le trafic.

Lors de leur première arrestation, la Sûreté du Québec avait perquisitionné 135 comprimés de méthamphétamine, près de 285 grammes de résine de cannabis et 15 grammes de cannabis en vrac dans leurs domiciles respectifs.

Par ailleurs, selon le ministère de la Sécurité publique, l’annexe 5 de la convention collective des agents de la paix en services correctionnels du Québec prévoit qu’en attente d’un verdict de culpabilité, d’un plaidoyer de culpabilité ou d’un acquittement, les employés maintiennent leur lien d’emploi avec le Ministère, mais sont retirés de leurs fonctions sans traitement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Bas-Saint-Laurent

Drogues et stupéfiants