•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coquelicot écologique restreint par une marque de commerce

Un coquelicot sur une table.

Un coquelicot, symbole du jour du Souvenir

Photo : iStock

Radio-Canada

La propriétaire d’un magasin de Whitehorse a essuyé un revers de la Légion royale canadienne pour avoir vendu des coquelicots en laine feutrée en mémoire des soldats tombés au combat.

Heather Sealey, qui possède le magasin Itsy-Bibsy Yarn, répondait à une demande de clients qui souhaitaient porter une fleur fabriquée dans une matière autre que le polyester et le nylon pour marquer leur appui à une meilleure protection de l’environnement.

Or, comme le lui a rappelé l’organisation, la Légion détient la marque de commerce du coquelicot, aussi bien pour sa couleur que sa forme, lorsqu’il est utilisé pour souligner le jour du Souvenir.

Un droit qui lui revient depuis une loi du Parlement votée en 1948.

Six gros coquelicots en laine feutrée collés les uns contre les autres.

Heather Sealey ne peut plus vendre ces coquelicots en laine feutrée.

Photo : Fournie par Janice Robinson Perrin

« C’est un peu frustrant parce que les gens préfèrent cette solution de rechange à l’option jetable », dit Mme Sealey en rappelant que ses coquelicots étaient fabriqués par un artisan local et que pour chaque fleur vendue 10 $, la Légion en obtenait 2 $.

Sans oublier qu’elle ne prenait aucune commission.

La responsable des communications de la Légion à Ottawa, Nujma Bond, tient à rappeler que personne n’a le droit de vendre des coquelicots à profit et que, en règle générale, la Légion est le seul organisme qui puisse donner des coquelicots en échange d’un don.

D’après Mme Bond, la Légion est très ouverte à des coquelicots plus écologiques, en papier recouverts d’une couche de cire, par exemple, mais ils doivent être résistants à l'usure.

Une tradition ancienne

La Légion royale canadienne distribue 19 millions de coquelicots chaque année. Selon l’organisme, porter un coquelicot remonte aux guerres napoléoniennes lorsque ces fleurs rouges poussaient sur les tombes des soldats tombés dans le nord-est de la France.

Le coquelicot a été adopté comme symbole du Souvenir au Canada peu après la Première Guerre mondiale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Commerce