•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jour du Souvenir dans le regard d'enfants de militaires

Gros plan d'une fleur en plastique dans le jardin de la mairie de Vancouver.

Des centaines de fleurs en plastique confectionnées par des élèves pour le jour du Souvenir (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

Le jour du Souvenir est un jour bien particulier pour de nombreux Canadiens, vétérans ou militaires en fonction, mais aussi pour bon nombre d'enfants. Deux jeunes filles, enfants de militaires, posent leur regard sur ce que représente pour elles cette journée de commémoration.

« Je n'ai jamais manqué une année, dit Laurie Ménard, élève de dixième année à l'École Victor-Brodeur, à Victoria, et fille de militaires. Ça me fait penser à mes parents, parce que mon père et ma mère sont allés sur plusieurs déploiements et je pleure d'habitude. C'est un moment pour penser à remercier tous les autres parents et ceux avant nous qui se sont battus pour notre pays. »

Il y a deux ans, la mère de Laurie a effectué un déploiement de six mois en Asie. Son père a aussi participé à d'autres missions auparavant.

Le jour du Souvenir lui rappelle ces déploiements et la difficulté de vivre momentanément avec l'absence d'un parent. Elle partage avec ses amis la fierté, mais aussi l'inquiétude que peuvent ressentir les enfants de militaires.

« Je vais à la cérémonie sur Memorial Parkway avec ma mère. Je rencontre souvent mes amis, parce que beaucoup de mes amis, leurs parents sont militaires. Mais ce n'est pas vraiment une journée où on s'amuse. »

Pour sa camarade de classe Annabelle Gagné, dont le père est également militaire, le jour du Souvenir est aussi rempli d'émotion.

Ça me fait peur, je vais être honnête. Je suis fière de mon père, mais ça me rend triste.

Annabelle Gagné, élève de dixième année et fille de militaire

« Je me sens très fière d'être Canadienne, mais je me sens triste aussi pour ceux qui ont perdu leur vie comme ça. Je pense à leurs familles, leurs amis, tous ceux qui sont affectés par leur mort », dit Annabelle.

Réalité parfois difficile

Laurie estime que ses pairs ont une certaine compréhension de ce que représente cette journée de commémoration, mais peut-être pas autant que les familles militaires.

Ils [les autres enfants] ne passent pas à travers les mêmes affaires que nous. Avoir un parent militaire, c'est très difficile au niveau de ce qui se passe à la maison, à l'école, les notes... Avoir seulement un parent, c'est dur.

Laurie Ménard, élève de dixième année et fille de militaires

La jeune fille dit profiter de la minute de silence durant la cérémonie pour penser à ses parents et leur rendre hommage.

« Tout ce que je pense, c'est les six mois où ma mère était partie et les mois que mon père était parti; c'est juste à ça que je pense, et ça me donne des larmes. »

Plusieurs cérémonies se sont déroulées lundi en Colombie-Britannique, près de cénotaphes et de monuments, pour rendre hommage aux soldats qui ont servi pendant la guerre.

À Victoria, le défilé commémoratif s'est tenu à 11 h sur le terrain de l’Assemblée législative.

La cérémonie du jour du Souvenir de cette année fait suite à une cérémonie majeure en France qui a marqué le 75e anniversaire du jour J, lorsque des milliers de Canadiens ont pris d'assaut les plages de Normandie avec leurs alliés britanniques et américains pour combattre l'Allemagne nazie.

Elle arrive aussi exactement 101 ans après la fin de la Première Guerre mondiale.

Avec les informations de Julie Landry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Société