•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Darlène, d’Hubert Lenoir, parmi les 50 meilleurs albums de la décennie selon Exclaim!

L'homme est assis dans un autobus et sourit à la caméra

L'artiste Hubert Lenoir

Photo : Facebook / Hubert Lenoir

Radio-Canada

L’auteur-compositeur-interprète Hubert Lenoir était très ému d'apprendre que Darlène figure au palmarès des 50 meilleurs albums canadiens de la décennie d'après le magazine Exclaim!.

En effet, l’artiste a appris hier que le magazine canadien anglophone spécialisé en musique émergente l’avait placé en 28e position du palmarès, dans un article publié le 31 octobre.

Alexandra Rodobolski, du magazine Exclaim!, a écrit que « pour un premier album, Darlène repousse toutes les limites. Il refuse d’être confiné à un genre, ce que l’on doit aux influences musicales éclectiques d’Hubert Lenoir. [...] L’album est indéniablement audacieux et irrésistiblement charmant, et c’est exactement ce que voulait Hubert Lenoir. »

Allô, je suis à Bruxelles en ce moment et j’ai eu une nouvelle qui m’a mis les larmes aux yeux, a écrit Hubert Lenoir sur les réseaux sociaux.

Sur Facebook et Instagram, l’artiste a expliqué que plus jeune, il était un lecteur assidu du magazine. C’est incroyable, pour moi c’était LE truc le plus big ever. Le fait d’être le petit franco queb, sur cette liste entouré des albums de Drake, Leonard Cohen, Arcade Fire et tous les autres me donne envie de pleurer.

Il a aussi indiqué que Fille de personne II était nommée dans un palmarès des 50 chansons canadiennes les plus marquantes de la décennie, toujours selon Exclaim!.

Je suis fier de moi, a-t-il admis, en ajoutant avec ironie que ce n’est pas la chose la « plus acceptable » à dire au Québec.

Un bémol francophone

Dans les commentaires sous sa publication Instagram, Hubert Lenoir a souligné que Darlène était le seul album francophone figurant sur la liste du magazine. Ça me rend fier un moment et triste par la suite, a-t-il écrit. Il a appelé à défaire les barrières de la langue, pour que la décennie 2020 agisse en « accélérateur de particules » faisant de la musique un langage universel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts