•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-ambassadrice américaine à l'ONU règle ses comptes avec d'ex-collègues

Le président américain Donald Trump discute avec l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU Nikki Haley lors de la première journée de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies.

Le président américain Donald Trump discute avec l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU Nikki Haley lors de la première journée de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, en septembre 2017.

Photo : Associated Press / Seth Wenig

Radio-Canada

Deux des plus importants conseillers de Donald Trump ont manqué de loyauté envers lui et ont tenté de contourner ses ordres avant de quitter son administration, accuse l’ancienne ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley.

Dans un livre intitulé With All Due Respect (Avec tout le respect que je vous dois), qui paraîtra mardi, elle soutient que l’ex-secrétaire d’État Rex Tillerson et l’ex-chef de cabinet du président, John Kelly, ont tenté de la recruter pour s’opposer à certaines politiques du président.

Kelly et Tillerson m’ont confié que lorsqu’ils résistaient au président, ils n’étaient pas insubordonnés, mais qu’ils tentaient de sauver le pays, écrit l’ancienne ambassadrice, qui a représenté Washington à l’ONU pendant les deux premières années de l’administration Trump.

C’étaient leurs décisions, plutôt que celles du président, qui étaient dans l'intérêt des États-Unis, disaient-ils. Le président ne savait pas ce qu’il faisait.

Nikki Haley, ex-ambassadrice américaine à l'ONU

Tillerson a continué en me disant qu’il résistait aux décisions du président parce que s’il ne le faisait pas, des gens allaient mourir, poursuit-elle, selon des extraits du livre diffusés d’abord par le Washington Post puis par d’autres médias.

Mme Haley dit avoir été choquée par la requête des deux hommes, à un moment qui n’est pas précisé. Je ne pouvais pas croire qu’il y avait là deux personnes-clés de l’administration qui nuisaient au président, a-t-elle relaté au Post.

Selon elle, les deux hommes auraient dû présenter leurs doléances directement au président, voire démissionner, plutôt que de l’inviter à se joindre à eux.

Nuire au président est vraiment quelque chose de très dangereux. Et c’est contre la Constitution, et contre ce que les Américains veulent. Et c’était insultant.

Nikki Haley, ex-ambassadrice américaine à l'ONU

Les extraits diffusés par la presse américaine ne permettent pas de savoir où et quand cet entretien d’environ une heure a eu lieu. Mme Haley affirme que les deux hommes ne lui ont jamais reparlé dans les mêmes termes par la suite.

Kelly affirme qu'il voulait établir des processus efficaces

M. Kelly, qui a été secrétaire à la Sécurité intérieure du président Trump pendant six mois avant d’agir comme chef de cabinet pendant environ un an et demi, s’est défendu d’avoir sapé l’autorité du président lors d’une entrevue accordée à CBS.

Si, en parlant de résistance et de stagnation, elle veut dire mettre en place un processus de gestion […] pour s’assurer que le président connaisse les pour et les contre d’une quelconque décision politique avant de prendre une décision informée, alors je plaide coupable, a-t-il dit.

John Kelly et Donald Trump assis sur des chaises dans le bureau ovale, à la Maison-Blanche.

Le président Trump en compagnie de John Kelly, après l'assermentation de ce dernier à titre de chef de cabinet, le 31 juillet 2017. M. Kelly a quitté son poste à la fin de 2018.

Photo : Reuters / Joshua Roberts

M. Tillerson, qui a été congédié sans ménagement par M. Trump en mars 2018, n’a pas commenté les allégations de Mme Haley.

Mme Haley, qui a été gouverneure de la Caroline du Sud pendant six ans avant d’être embauchée par l’administration Trump, est considérée comme une potentielle successeure du président.

Le ton de son livre ne laisse aucun doute qu’elle continue d’appuyer M. Trump, même si elle affirme avoir été parfois en désaccord avec lui.

Quelques désaccords avec Trump

Elle indique notamment qu’elle a désapprouvé les propos de son patron après qu’une militante de la gauche eut été tuée par un suprémaciste blanc lors d’une manifestation à Charlottesville en août 2017.

M. Trump avait suggéré qu’il existait une forme d’équivalence morale dans les excès de la gauche et de la droite, engendrant une levée de boucliers.

Les mots d’un chef ont de l’importance dans ces situations. Et les mots du président ont été blessants et dangereux. […] J’ai décroché le téléphone et j’ai appelé le président, écrit Mme Haley, qui n’a toutefois jamais fait part de son désaccord publiquement.

Gros plan sur Rex Tillerson devant le drapeau américain.

L'ex-secrétaire d'État Rex Tillerson lors d'une visite officielle au Nigeria.

Photo : Reuters / Jonathan Ernst

Elle souligne aussi son inconfort face à la posture adoptée par M. Trump lors de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine, à Helsinki, en juillet 2018.

Le président américain avait dit croire son homologue russe, qui niait l’intervention de la Russie dans la présidentielle de 2016, contre l’avis de ses propres services de renseignements.

Mme Haley affirme toutefois dans son livre qu’elle est d’accord avec plusieurs autres décisions controversées du président, dont le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat et de l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien, et le déménagement de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem.

Il ne fait par ailleurs aucun doute que M. Trump considère toujours Mme Haley comme une alliée.

Assurez-vous de commander un exemplaire [de son livre] aujourd’hui ou de vous en procurer un en librairie lors de sa tournée, a-t-il écrit dimanche sur Twitter, donnant du coup sa bénédiction à l’ouvrage.

Avec les informations de Washington Post, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International