•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux femmes rendent hommage aux anciens combattants d’Eskasoni

Rosie Basque et Mary Gould côte à côte devant un poteau sur lequel est installé l'une de leur bannières.

Rosie Basque et Mary Gould ont conçu les 44 bannières installées à Eskasoni en l'honneur des anciens combattants de la communauté.

Photo : CBC/Brittany Wentzell

Radio-Canada

Des bannières rappelant les sacrifices de 44 anciens combattants d’Eskasoni, en Nouvelle-Écosse, sont installées dans la communauté grâce aux efforts de deux femmes.

Rosie Basque et Mary Gould ont entrepris ce projet en juillet. Elles sont des bénévoles membres du comité du Souvenir de la communauté.

Elles voulaient faire ce geste de reconnaissance après avoir vu des bannières du genre dans la communauté de Millbrook l’an dernier.

Eskasoni est la plus grande réserve micmaque, alors j’ai pensé que c’était une excellente idée, affirme Rosie Basque.

Les deux femmes ont fait la conception des bannières. Le mot sma'knis, qui signifie ancien combattant, est inscrit sur chacune d’elles ainsi que l’endroit où la personne a combattu.

Le père de Mary Gould, Roddie Stevens, a servi durant la Deuxième Guerre mondiale.

Le mari de Rosie Basque, Wilfred Basque, a fait partie des forces américaines qui ont combattu au Vietnam. Plusieurs membres d’Eskasoni ont d’ailleurs servi au sein des forces américaines.

L’initiative de Mmes Basque et Gould est bien accueillie dans la communauté. Plusieurs personnes souhaitent même que les bannières restent accrochées après le jour du Souvenir.

Les familles des anciens combattants les ont chaleureusement remerciées, souligne Mary Gould. Certaines personnes, ajoute-t-elle, ont dit qu’elles avaient les larmes aux yeux en voyant les bannières.

Obtenir des photographies de chacun des anciens combattants était un défi important à relever, explique Mme Basque. Certaines familles n’avaient qu’une photographie.

Une bannière portant la photographie et le nom d'un vétéran de la Seconde Guerre mondiale.

En tout, 44 bannières ont été installées le long des rues d'Eskasoni.

Photo : CBC/Brittany Wentzell

Rosie Basque et Mary Gould ont installé les bannières aussi près que possible des proches de ces anciens combattants, parfois juste en face de l’endroit où ils vivaient. Elles ont aussi produit un livret pour le jour du Souvenir à Eskasoni, notamment à l’intention des élèves de la communauté.

Nous voulons que nos enfants se souviennent d’eux aussi, affirme Mary Gould.

Il faut se souvenir des sacrifices que les anciens combattants de la communauté ont faits sur les champs de bataille et des difficultés qu’ils ont connues à leur retour au pays, ajoute-t-elle.

Les anciens combattants autochtones n’avaient même pas le droit de vote et beaucoup d’autres obstacles du genre se dressaient devant eux, dit-elle.

Gros plan sur une bannière portant le nom et la photographie de Wilfred Basque.

Le mari de Rosie Basque, Wilfred Basque, faisait partie du Corps des marines des États-Unis durant la guerre du Vietnam.

Photo : CBC/Brittany Wentzell

Leur livret comprend une traduction en micmac du poème Au champ d’honneur, écrit par le soldat canadien John McCrae durant la Première Guerre mondiale.

Le livret contient aussi un poème rédigé par le mari de Mme Basque, qui est mort il y a 21 ans. Le poème s’intitule Sma'knis.

Son mari et tous ces autres hommes, dit-elle, ressentiraient sûrement une grande fierté s’ils pouvaient voir tout cela.

Le projet commandité par le chef et le conseil d’Eskasoni a coûté 12 000 $.

Rosie Basque et Mary Gould ont installé 44 bannières illustrées de toutes les photographies qu’elles ont pu trouver. Elles pensent déjà à donner une plus grande ampleur à leur initiative l’an prochain.

Avec les renseignements de Brittany Wentzell, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Autochtones