•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleuses du sexe demandent des trousses de naloxone dans les toilettes publiques

Une trousse de naloxone et un contenant pour seringues souillées au-dessus du distributeur de serviettes de papier.

Des commerces du quartier Donavan offrent une trousse de naloxone et un contenant pour disposer de seringues souillées dans leur salle de toilette.

Photo : Lisa Irwin

Radio-Canada

La requête vient de Tracy Gregory, la fondatrice et directrice du comité consultatif du réseau de travailleuses du sexe de Sudbury, SWANS.

Selon Mme Gregory, une partie du mandat de son organisation est d’assurer le plus possible la sécurité des prostituées.

Et une chose que l’on sait maintenant, c’est que les risques de surdoses sont plus élevés, dit-elle.

Depuis le printemps, SWANS visite les commerçants du quartier Donavan et demande qu’ils gardent dans leurs salles de toilettes une trousse de naloxone.

Mme Gregory dit que certains commerçants se sont plaints d’avoir trouvé des seringues dans le secteur et que ces gens utilisent leur salle de toilette pour se droguer.

Seringue jetée par terre.

Selon SWANS, l’installation de trousses de naloxone et de contenants pour seringues souillées aiderait à éliminer les risques de contamination dans les quartiers.

Photo : Stacey Janzer/CBC

Certains se disent ouverts à l’idée des trousses de naloxone et de contenants pour disposer des seringues en toute sécurité, affirme-t-elle.

Nous avons un groupe de femmes qui ont fait la rue, et donc elles connaissent les réseaux de prostitution, dit Mme Gregory.

Selon elle, cette expérience permet de venir en aide aux travailleuses du sexe, à leur fournir leur drogue en sécurité, sans jugement et sans reproche.

Santé publique Sudbury et districts a fait une mise en garde en octobre, confirmant une augmentation du nombre de cas soupçonnés de surdose à cause des opioïdes.

Des gens ont nulle part où aller, dit Marie Pollock une membre de SWANS.

Mme Pollock confirme que la demande est grande pour des services afin de venir en aide aux toxicomanes et travailleuses du sexe.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Drogues et stupéfiants