•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario veut assouplir les règles sur les trains routiers

Un train routier de la compagnie United Parcel Service circule sur une autoroute.

La province ne croit pas que permettre aux trains routiers de circuler à l'heure de pointe accroîtra la congestion.

Photo : Getty Images / WendellandCarolyn

Radio-Canada

Le gouvernement de l’Ontario veut modifier certains règlements qui entourent le transport par camion et notamment les trains routiers, ces longs camions qui comptent deux remorques.

Les progressistes-conservateurs ont déposé un projet de loi à cet effet à la fin d’octobre.

S’il est adopté, ce qui est très probable puisque le gouvernement est majoritaire, les trains routiers pourront circuler sur les autoroutes de la région de Toronto aux heures de pointe, ce qui est actuellement interdit.

Les trains routiers pourraient donc circuler de 7 h 30 à 9 h et de 16 h 30 à 18 h.

Le président de l’Association canadienne du camionnage d’entreprise, Mike Millian, est l’un de ceux qui ont demandé le retrait de cette interdiction.

Il soutient que les trains routiers sont en cause dans 40 % moins d’accidents que les semi-remorques. M. Millian précise qu’il tire cette conclusion de données du Conseil canadien de la sécurité.

Le gouvernement ne croit pas que permettre à ces longs véhicules d’être sur les autoroutes à l’heure de pointe aggravera les problèmes de congestion.

Cela réduira le nombre de véhicules commerciaux, assure la ministre associée des Transports, Kinga Surma.

Les trains routiers peuvent transporter deux fois plus de marchandises.

La province veut aussi combiner l’inspection de sécurité et les tests d’émissions polluantes des camions.

Le gouvernement estime que cela permettra aux camionneurs professionnels et aux entreprises de transport d’économiser temps et argent.

Cette loi permettrait aussi aux trains routiers de transporter de matières dangereuses comme des produits chimiques utilisés dans l'agriculture ou le nettoyage, ce qui n'est pas le cas en ce moment.

Avec les informations de Myriam Eddahia

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Transports