•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois points à retenir de l’Assemblée générale annuelle de la Fondation fransaskoise

Des personnes attablées dans une salle de conférence.

Le Rendez-vous fransaskois s'est terminé dimanche après-midi avec l'Assemblée générale annuelle de la Fondation fransaskoise, à Regina.

Photo : Radio-Canada

Zoé Clin

L’Assemblée générale annuelle (AGA) de la Fondation fransaskoise a eu lieu dimanche après-midi, à Regina, en clôture du Rendez-Vous fransaskois. Son président, Roger Lepage, en retient la progression des fonds confiée à l’organisme, l’importance de rester en accord avec les priorités de la communauté et l’intérêt de sensibiliser les Fransaskois au transfert intergénérationnel.

Les fonds de la Fondation fransaskoise progressent de manière continue. Roger Lepage mentionne qu’ils ont dépassé les deux millions de dollars cette année.

C’est vraiment intéressant de voir comment la communauté démontre sa confiance.

Roger Lepage, président de la Fondation fransaskoise

Il mentionne aussi l’importance d’établir une vision communautaire pour les cinq prochaines années. Celle-ci passera par l’attribution de bourses et subventions dans les domaines prioritaires de la communauté.

On ne veut pas être déconnectés, on veut vraiment aller en avant ensemble.

Roger Lepage, président de la Fondation fransaskoise

Les membres de la Fondation fransaskoise se sont aussi penchés sur la question du transfert intergénérationnel, qui permet aux aînés d’investir dans le développement des générations futures.

Les membres ont souligné l’importance de rappeler à la communauté les différents moyens qui existent pour cela, tels que les legs ou la création de fonds auxiliaires de famille, par exemple.

L’AGA s’est conclue avec l’élection de Cathy Colombet, de Roger Lepage, de Timothy Leis et de Clément Dion au conseil d'administration de l’organisme.

Une disparité dans l’attribution de bourses aux élèves

En 2019, les jeunes de l’école Monseigneur de Laval, à Regina, ont obtenu 21 bourses, contre seulement 2 au pavillon Gustave Dubois de l’École canadienne-française, à Saskatoon.

Ces bourses de 200 $ chacune sont destinées aux élèves de douzième année. Pour en bénéficier, ces derniers doivent notamment écrire un court texte expliquant en quoi l’éducation en français est importante pour eux.

La disparité entre les écoles reflète la différence d’implication des directions d’écoles et des parents, analyse Roger Lepage. Le président de la Fondation fransaskoise estime qu’il y a encore du travail à faire pour augmenter la participation des écoles.

À qui appartiennent les fonds consacrés aux organismes communautaires?

La question s’est posée lors de l’AGA.

La Fondation fransaskoise gère des fonds auxiliaires créés pour apporter un financement annuel à certains organismes communautaires. Celui-ci provient des intérêts issus du placement de ces fonds.

La Coopérative des publications fransaskoises, qui gère le journal communautaire L’Eau vive, aimerait pouvoir accéder à son fonds en cas de difficulté financière. Or son contrat ne le lui permet pas. Pour recevoir de l'argent, la Coopérative doit s'engager à organiser des collectes de fonds.

Roger Lepage estime que cela pourrait même mettre en danger le fonctionnement de l’organisme, car son règlement stipule que ses actifs ne peuvent pas être inférieurs à 800 000 $.

Si les organismes communautaires pouvaient retirer leur argent comme ils le veulent, ça pourrait mettre à risque le but même de la fondation fransaskoise.

Roger Lepage

De plus, en retirant des fonds, ces organismes diminueraient automatiquement les intérêts qu’ils génèrent, et donc l’aide financière annuelle qui leur est reversée. On est là pour une vision à long terme explique Roger Lepage.

Une réflexion sera faite pour éventuellement permettre aux organismes qui le souhaitent d’accéder à leur fonds.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Francophonie