•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un forum poursuit le travail entamé par l’ENFFADA à Regina

Des femmes aux jupes colorées sont assises dans un escalier intérieur.

Environ 150 jupes ont été offertes aux participantes du forum Mamawe! Mekowishwewin-miyomachowin, ce week-end, à Regina.

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

Radio-Canada

Un forum tenu cette fin de semaine à Regina rassemble des familles de femmes et de filles autochtones disparues ou assassinées pour leur permettre de raconter leurs histoires. Pour plusieurs de leurs membres, il s’agit d’une façon de poursuivre le travail commencé lors de l’Enquête nationale.

Le forum Mamawe! Mekowishmewin-miyomachowin, « c’est ce dont nous avons besoin », croit l’une des organisatrices, Pat Pratt-Malbeuf.

Elle précise que le but premier du rassemblement est la guérison, tout en soulignant la rédaction d’un rapport, au terme des discussions, dans lequel elle espère trouver des moyens d’éviter d’autres disparitions ou meurtres.

Parmi les autres objectifs du forum, Mme Pratt-Malbeuf cite le réseautage permettant notamment d’offrir un soutien mutuel, ce dont elle a elle-même manqué au fil des ans, après la mort de sa fille, tuée par un policier en 1996.

Malgré la douleur, elle confie ne pas avoir participé à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA), car elle s’en « sentait exclue », une impression qu’elle a également trouvée chez d’autres participants au forum.

Plusieurs familles ont eu l’impression d’être laissées pour compte par les forces de l’ordre, explique-t-elle.

« Un pas en avant »

Selon Pat Pratt-Malbeuf, l’organisation du forum a permis d’étendre le processus de guérison démarré par l’ENFFADA à tous.

« Si nous ne devenons pas des leaders [du processus], qui le fera? » demande-t-elle. Elle espère que le forum deviendra un événement annuel.

Ce désir est partagé par Delores Stevenson, la tante de Nadine Machiskinic, une Autochtone mère de 4 enfants morte des suites de graves blessures infligées en tombant dans la chute à linge d’un hôtel en 2015.

« Plusieurs personnes manquaient de confiance » dans l’enquête nationale, explique-t-elle. « Le fait que des familles puissent avoir des forums comme celui-ci et participer à leur organisation et au processus de guérison auquel ils contribuent, c’est un pas en avant. »

L’ancienne participante à l’ENFFADA qualifie son passage à l’enquête d’expérience traumatisante, où elle ne se sentait pas en sécurité, contrairement à l’impression positive que lui laisse le forum.

Elle note entre autres le soutien offert au cours du week-end aux familles présentes. La présence de personnes spécialisées en soins spirituels autochtones et de thérapeutes, de même que l’organisation de célébrations de purification était rassurante, confie-t-elle.

Permettre aux familles de s’exprimer

Outre la guérison, le forum offre également aux familles un lieu pour raconter l’histoire de leurs proches disparues ou assassinées.

C’est le cas de Vera Roy, dont le meurtre de la nièce à Edmonton, en 2009, n’a jamais été élucidé.

Sa nièce faisait partie des jeunes éloignées de leurs familles durant la rafle des années 1960 et dont la vie a dérapé, la conduisant à être emprisonnée en Alberta et en Saskatchewan.

« Le système l’a attrapé et elle y est restée toute sa vie », explique Mme Roy. « J’ai vu sa vie brisée. »

Le forum a permis à Vera Roy de raconter l’histoire de sa nièce et d’exprimer sa frustration envers le système de justice et l’ENFFADA.

Elle confie avoir surmonté le manque de confiance hérité du processus entourant l’enquête nationale en racontant cette histoire au cours des derniers jours.

« J’aime vraiment [ce format]! On sent l’ouverture des gens présents à ce forum où tous racontent leur histoire sans y être obligés. »

Saskatchewan

Autochtones