•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Propos sur les immigrants : Greg Fergus demande à Don Cherry de s'excuser

Un homme qui parle au micro.

Greg Fergus à la Chambre des communes. (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député libéral Greg Fergus a demandé à Don Cherry, dimanche, de présenter des excuses après des propos sur les immigrants.

Célèbre analyste hockey du réseau CBC, Don Cherry n'en finit pas de susciter la controverse.

Lors du segment Coach’s Corner, diffusé dans le cadre de Hockey Night in Canada samedi soir, il s'est plaint de ce que peu d’immigrants, à Toronto, arborent un coquelicot en l'honneur des soldats canadiens morts au combat.

Vous aimez notre mode de vie, vous aimez notre lait et notre miel, au moins vous pouvez payer quelques dollars pour un coquelicot ou quelque chose comme ça. Ces gars ont payé pour votre mode de vie que vous aimez au Canada, ils ont payé le prix fort, a-t-il commenté.

La Légion royale canadienne vend des coquelicots chaque année, du dernier vendredi d'octobre au jour du Souvenir, le 11 novembre, afin de recueillir des fonds pour soutenir les anciens combattants et leurs familles à travers le Canada.

Déferlement de critiques

Les réactions sur le web n’ont pas tardé. Sur Twitter samedi soir, M. Fergus a rappelé que son grand-père est né à Montserrat, un protectorat britannique dans les Antilles, et s'est joint à la Royal Air Force, la force aérienne de l'armée britannique, avant de s'établir à Montréal.

Mon grand-père — qui est né et a grandi à Montserrat — s'est enrôlé dans la RAF où il a servi comme couturier, car c'était le plus qu'un jeune homme noir ait l'opportunité de faire [à l'époque dans l'armée]. Il l'a fait avec fierté. Grâce à cela, il a pu faire venir sa jeune famille au Canada, a raconté le député fédéral de Hull-Aylmer.

Sept décennies plus tard, je siège à la Chambre des communes et je sers mon pays. M. Cherry : l'histoire de mon grand-père n'est pas unique. J'espère que vous ferez preuve de suffisamment de maturité pour présenter des excuses pour vos propos.

Greg Fergus, élu libéral

Ce sont des commentaires complètement déplacés. Il ne prend pas en compte tous les gens de l’Empire britannique, les gens des Caraïbes, des pays africains, de l’Asie, qui ont participé pour appuyer les alliés contre les nazis, a martelé M. Fergus en entrevue à Radio-Canada.

Pour Sarah Onyango, membre de l'organisation Legacy Voices Project, un groupe voulant faire connaître l'histoire des vétérans afro-canadiens, le commentaire de Don Cherry est une preuve d'ignorance.

Don Cherry, je vous parie qu’il ne connaît pas très bien l’histoire de la contribution des soi-disant immigrants aux opérations militaires du Canada.

Sarah Onyango, membre de l'organisation Legacy Voices Project

Il est possible, cependant, d'après Mme Onyango, que certains immigrants n'arborent pas le coquelicot aussi par méconnaissance de l'histoire du Canada. Elle a affirmé que la question de la représentation, ou l'absence de représentation de ces personnes dans les récits de guerre, est un autre facteur déterminant dans l'équation.

Souvent, c’est parce que [les immigrants et les personnes racisées] ne se voient pas du tout dans les manuels, ils ne se voient pas dans les annonces qu’on fait passer à la télé pendant la semaine des anciens combattants, a-t-elle souligné.

Sarah Onyango en entrevue dans le hall d'entrée de Radio-Canada à Ottawa.

Sarah Onyango, du groupe Legacy Voices Project.

Photo : Radio-Canada

Donc, quand vous êtes visuellement absents de la couverture du récit, comment voulez-vous que ces personnes-là attachent une quelconque importance à ce coquelicot?, a ajouté Mme Onyango.

Des excuses de la chaîne

En fin de matinée dimanche, la chaîne de télévision Sportsnet s'est excusée pour les propos de Don Cherry. Elle a ajouté que ces remarques étaient discriminatoires, offensantes et qu'elles ne représentaient pas les valeurs de Sportsnet.

La Ligue nationale de hockey a fait écho aux propos de Sportsnet dans une brève déclaration, dimanche. Le hockey est à son meilleur quand il permet de rassembler les gens. Les commentaires d'hier soir sont offensants et vont à l'encontre de nos valeurs, pouvait-on lire dans une publication partagée sur Twitter.

Ottawa-Gatineau

Hockey