•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première escrimeuse non-voyante à la conquête d’un podium

Deux escrimeuses s'affrontent.

Stéphanie Hamelin, à gauche sur la photo, participera à une compétition d'escrime pour non-voyants en France en février prochain.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Marion Bérubé

Stéphanie Hamelin veut atteindre sa cible. La première escrimeuse non-voyante de Sherbrooke prendra part à une compétition internationale en France en février prochain. La jeune femme de 27 ans a déjà un autre espoir en tête : la reconnaissance de son sport comme discipline paralympique.

Questionnée sur ses objectifs pour sa première compétition, Stéphanie Hamelin a un seul but en tête : le podium! lance-t-elle en riant.

Une idée pas si folle pour celle qui a été initiée à l’escrime il y a seulement deux ans, grâce à son conjoint.

Le directeur du club a introduit l’escrime pour non-voyant au Québec et mon conjoint m’en a parlé. J’étais intéressée puisque j’aime toujours faire des nouvelles choses. Avec le temps j’ai réalisé que je m’améliorais à chaque entraînement et que j’aimais ça de plus en plus, confie-t-elle.

Même si on est non-voyant on peut faire plein de choses. Ce n’est pas le fait d’être aveugle qui nous arrête. Ça a toujours été une mission pour moi de montrer aux voyants qu’ils n’ont pas à nous sous-estimer.

Stéphanie Hamelin, escrimeuse non-voyante
Stéphanie Hamelin pose en tenue d'escrime.

Stéphanie Hamelin espère convaincre d'autres non-voyants de se joindre à son club d'escrime.

Photo :  courtoisie / Nadege Poisson

Sur un terrain de 14 mètres par 1 mètre, l’escrimeur non-voyant devra d’abord toucher la lame de l’adversaire avant de pouvoir l’atteindre. C’est pour l’avertir qu’on s’en vient, sinon ce serait trop facile, on aurait juste à le toucher et l’autre ne pourrait pas se défendre. Il y a beaucoup de stratégie, complète l’athlète.

C’est sûr que c’est un très gros défi et c’est pourquoi les règles sont un petit peu adaptées, mais reste que Stéphanie a réellement un don pour ce genre de sport. Elle a aussi déjà fait du ski alpin, du ski nautique, elle n’est pas arrêtable. C’est beau de la voir aller, lance son conjoint William Charest-Bernard, qui est également son entraîneur.

Les Jeux paralympiques dans la mire

L’étudiante à la maîtrise en travail social à l’Université de Sherbrooke aura tout de même plusieurs étapes à franchir avant la consécration mondiale. La Sherbrookoise d’adoption se mesurera d’abord à ses semblables en février prochain lors d’une compétition en France.

Stéphanie et sa mère partagent un moment de complicité.

Suzie Chartrand, la mère de Stéphanie Hamelin, croit que sa fille est plus épanouie depuis qu'elle a commencé à pratiquer ce sport.

Photo : Radio-Canada

C’est ma première compétition contre des non-voyants, parce qu’au Canada je suis la seule personne non-voyante qui fait de l’escrime. Pour l’instant je me bats contre des gens qui voient et qui mettent un bandeau sur leurs yeux, révèle l’escrimeuse.

Ça me stresse parce que je suis une personne très compétitive et j’aime ça gagner, mais en même temps j’ai hâte de connaître d’autres personnes qui pratiquent ce sport et je vais pouvoir voir mon niveau, renchérit-elle.

Stéphanie Hamelin sourit, médaille au cou.

Stéphanie Hamelin espère un jour monter sur le podium des Jeux paralympiques, lorsque la discipline y sera ajoutée.

Photo : Radio-Canada

Ce sera également un premier pas vers l’ajout de la discipline aux Jeux paralympiques. Le fait d’aller en France cette année va permettre de pousser les choses pour que ce soit un sport paralympique en 2024, vu que le pays organise les Olympiques cette année-là, mentionne Stéphanie Hamelin.

On veut montrer aux gens que les sports paralympiques sont fantastiques. On voit Stéphanie se battre et s'en est devenu un rêve, si on a l’opportunité de le faire on va y aller à 100 milles à l’heure.

William Charest-Bernard, conjoint et entraîneur de Stéphanie Hamelin

La jeune femme souhaite aussi que son aventure dans l'Hexagone en inspire plus d’un. C’est certain que j’aimerais vraiment avoir d’autres adversaires non-voyants pour mettre plus de challenge!

Estrie

Escrime