•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Olympiques arrachent la victoire à l'Océanic en tirs de barrage

Alexis Lafrenière assis au banc des joueurs.

Alexis Lafrenière au banc des joueurs de l'Océanic de Rimouski (Archives)

Photo : Océanic de Rimouski / Iften Redjah

Alexandre Courtemanche

Le rappel à l'ordre de l'entraîneur-chef de la troupe rimouskoise n'aura pas suffi à remettre l'équipe sur le chemin de la victoire. Bien que les efforts des joueurs de l'Océanic leur ont permis de porter l'affrontement jusqu'en tirs de barrage, les Olympiques de Gatineau auront finalement le dessus à la sixième tentative de fusillade.

Les équipes de Rimouski et de Gatineau ont offert tout un spectacle aux visiteurs du Colisée Financière Sun Life samedi soir. Après avoir été écrasés par les Olympiques vendredi, les joueurs de l'Océanic sont sortis de leur torpeur en offrant une solide performance.

L'ailier gatinois Metis Roelens, qui ouvre le bal à 9 min 13 sec de jeu, sera celui qui finalement le clôt, en marquant le but victorieux.

Cédric Paré et Alexis Lafrenière ont semblé ragaillardis après leur piètre performance de vendredi, comptant chacun un but en deuxième période pour donner l'avance aux Nics.

Jonathan Labrie entouré de Mickael Rioux et Éric Boucher de l'Océanic de Rimouski

Jonathan Labrie entouré de Mickael Rioux et Éric Boucher de l'Océanic de Rimouski lors du repêchage de la LHJMQ tenu à Shawinigan

Photo : Radio-Canada / Courtoisie Océanic de Rimouski

Jonathan Labrie, qui occupe le filet de l'Océanic en remplacement de Colten Ellis, a gardé la tête froide en arrêtant 14 des 17 tirs en sa direction. Repêché l'an dernier, il a remporté sa première victoire en carrière il y a huit jours seulement. C'est cependant à Creed Jones, le gardien des Olympiques, que reviennent les honneurs, en résistant à 33 des 36 tentatives des Rimouskois.

À 54 secondes de la fin du match, David Aebischer égalise la marque 3 à 3 et provoque la prolongation in extremis. Malgré quatre lancers sur Jones en 5 minutes de jeu, ce dernier est demeuré de marbre et n'a rien laissé passer.

L'issue du match a donc été déterminée en tirs de barrage. Six fusillades auront été nécessaires pour donner la victoire aux Olympiques.

Bas-Saint-Laurent

Hockey junior