•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies non subventionnées : une famille se sent abandonnée par Québec

Un enfant joue avec des blocs de plastique

Les trois enfants de Pamela Marcotte et de Daniel Vézina fréquentent un milieu de garde non subventionné.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le retour au tarif unique dans les garderies subventionnées a réjoui bien des familles, mais la mesure annoncée par le gouvernement Legault est loin de faire le bonheur de tous. Des parents de Trois-Rivières se sentent abandonnés par Québec.

Pamela Marcotte et son conjoint Daniel Vézina ont trois enfants en bas âge qui fréquentent une garderie non subventionnée. Ils espéraient que l’annonce faite par le gouvernement Legault jeudi dernier d’un retour à un tarif de garde de 8,25 $ par jour allait leur permettre de faire des économies. Ils ont plutôt été déçus.

Quand ils ont annoncé que c'était uniquement pour les places subventionnées, on a dit : ce n’est pas pour nous. Ce n’est pas pour les familles comme nous, et c'est très décevant, déplore fermement Pamela Marcotte.

On trouve que c'est discriminatoire parce que ce n'est pas un choix d'avoir une place dans un CPE ou d'avoir une place dans un milieu non subventionné.

Pamela Marcotte
Pamela Marcotte et son conjoint

Pamela Marcotte et son conjoint trouvent inéquitable que seulement quelques garderies privées seront converties en garderies subventionnées.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Cette annonce a eu un effet majeur sur les plans d'avenir du couple : il renonce à avoir un quatrième enfant.

Si on voulait un quatrième enfant, est-ce que ma conjointe devra arrêter de travailler?, se questionne Daniel Vézina.

Ce que je sauverais en frais de garde, et ce que je gagnerais en allocations familiales également, ça pourrait revenir au même prix que ce que je fais actuellement, calcule sa conjointe.

Afin d'aider ces familles, le gouvernement Legault doit lancera un projet pilote pour transformer, d'ici l'été prochain, des garderies privées en garderies subventionnées. Toutefois, seules quelque 3000 places seront d’abord financées par le gouvernement, ce qui représente environ 5 % des enfants en garderies privées.

Le président de l'Association des garderies non subventionnées en installation (AGNSI), David Haddaoui, espère beaucoup de l'annonce du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, qui doit être faite la semaine prochaine.

Je pense que monsieur le Ministre était très à l'écoute envers l'AGNSI et ses membres. Je pense que je ne vais pas être déçu lors du moment qu'il va faire l'annonce, dit-il.

Une perspective qui n’apaise pas Pamela Marcotte et son conjoint, puisqu’ils doutent que leurs enfants puissent en bénéficier avant d’avoir l’âge de faire leur entrée à l’école.

Selon un reportage de Pascal Langlois

Mauricie et Centre du Québec

Famille