•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Bleu jeans et cotons ouatés à Coup de cœur francophone

Bleu Jeans Bleu, en concert

Bleu Jeans Bleu, en concert samedi soir à Coup de coeur francophone, à Montréal.

Photo :  Jean-François LeBlanc/Coup de coeur francophone

Philippe Rezzonico

Contrairement aux salons de l’Assemblée nationale où il n’est guère prisé par certains parlementaires ces jours-ci, le coton ouaté était à l’honneur samedi soir au Club Soda, pour le concert de Bleu Jeans Bleu lors de Coup de cœur francophone.

On en repérait déjà plusieurs sous les manteaux d’hiver des spectateurs qui faisaient la queue pour entrer dans la salle de spectacles du boulevard Saint-Laurent. À l’intérieur, c’était la tenue de circonstance pour bon nombre de festivaliers.

Et il y en avait d’autres, à vendre, ceux-là, déposés sur les tables-présentoirs dans le hall d’entrée. Quand la chanson fétiche d’un groupe se nomme Coton ouaté, ce dernier serait mal venu de ne pas en tirer parti.

Chanson virale

À bien des égards, ce concert ne pouvait mieux tomber pour Bleu Jeans Bleu, soit un peu moins de deux semaines après leur couronnement (groupe de l’année) au Gala de l’ADISQ et après une saison estivale durant laquelle leur chanson de l’album Perfecto (2019) est devenue un ver d’oreille, un chant fédérateur et un phénomène viral tout à la fois.

Lorsque Claude Cobra (Mathieu Lafontaine, chant et guitare), Wayne Wrangler (François Lessard, guitare), Jean Levis (Pierre-David Girard, basse) et Lou Lee (Mathieu Collette, batterie), de leurs noms de scène de marques de jeans, ont commencé la prestation avec Le king de la danse en ligne, le Club Soda s’est mis à vibrer à l’unisson du parterre au balcon. D’autant plus que la version était dynamisée par un quatuor à cordes féminin. Nous étions dans une salle prête à exploser.

L’autre coup de cœur

Attendez, je nuance… Nous étions dans une salle prête à exploser une deuxième fois le même soir, car la première partie assurée par le duo suisse Les fils du facteur s’est avérée un véritable coup de cœur. Le guitariste Sasha Maffli, à la voix graveleuse, et l’accordéoniste Émilien Colin, capable de surfer sur la foule, manient aussi bien l’humour – « nous ne sommes pas des maudits Français, mais des gentils Suisses » – qu’une musique festive.

Capable de mettre la foule dans leur poche en un tournemain en l’incitant à transformer leurs titres en chansons à répondre, le duo de Lausanne se fout des Amerloques (Ch’uis pas américain), parle de fric, cause ruptures et démontre que quatre accords de base servent à composer des tas de chansons à succès (anglophones, francophones, québécoises) dans Un Tube. L’an dernier, le Coup de cœur leur a offert de jouer devant 20 personnes dans une opération promotionnelle. Cette année, on leur a offert la première partie de Bleu Jeans Bleu. Chapeau au programmateur Frédéric Lamoureux. L’ovation voulait tout dire.

Bleu Jeans Bleu en concert.

La capacité de Bleu Jeans Bleu à concocter des chansons qui parlent avec humour – parfois absurde – du quotidien n’est certes pas sans rappeler Les Trois Accords.

Photo :  Jean-François LeBlanc/Coup de coeur francophone

Feu roulant

Il ne fallait donc pas s’étonner que Bleu Jeans Bleu – qui a salué la prestation des Suisses – mette plus que jamais le pied au plancher d’entrée de jeu. En fait, on n’a guère eu le temps de souffler dans ce feu roulant de chansons récentes et de vieux succès. Oui, oui, vieux…

Des milliers de gens ont découvert le groupe cette année, mais c’est en 2012 que Bleu Jeans Bleu lançait le premier (Haute couture) de leurs trois disques qui les avait révélés à un public restreint. À voir et à entendre les réactions de la foule lors des interprétations de C’est en speedboat que je t’aime (frénésie), J’te gâte All Dressed (émotion) et à la touchante Vulnérable comme un bébé chat, en mode piano-voix, dont les paroles étaient chantées en chœur par les spectateurs, on voyait qu’il y avait des amateurs de la première heure dans la place.

Personnalité forte

En cette ère où les groupes de musique tentent de se démarquer les uns des autres, cela prend souvent plus que de bonnes chansons. Cela prend de la personnalité, une identité forte et de jolis accessoires, comme les chapeaux des gars. Bleu Jeans Bleu a bâti la sienne patiemment et tire les marrons du feu.

La capacité du groupe à concocter des chansons qui parlent avec humour – parfois absurde – du quotidien n’est certes pas sans rappeler Les Trois Accords. Souvent, avec leurs thèmes favoris : la bouffe (Café corsé, J’ai mangé trop de patates frites, Défi fruits frits) et les vêtements (Coton ouaté, Pantalon de yoga).

« On avait hâte à cette veillée-là », a lancé Cobra, aussi rayonnant et souriant que ses collègues qui ont bu les salves d’applaudissements jusqu’à la lie. Particulièrement celle qui a salué l’interprétation tonitruante de Coton ouaté. Bien plus que des bravos, c’était la consécration d’une chanson rassembleuse qui a atteint le statut d’hymne populaire en quelques mois. Majeur.

Bleu Jeans Bleu parle aussi de la vie après un lendemain de brosse (Mal à la vie), de chars (Sièges en cuir) possède une chanson « romantico-quétaine » (Phrases fromagées) et fait la démonstration que certaines administrations municipales n’ont rien inventé en déplaçant la journée de l’Halloween de 24 heures il y a 10 jours. La chanson Coco de Pâques à Noël en est la preuve. Qui sait? La controverse du mois dernier va peut-être inciter Bleu Jeans Bleu à écrire une suite nommée Bonbons d’Halloween au Jour de l’An...

Si la cohésion entre le groupe et le quatuor à cordes était digne de mention, la qualité des musiciens avait de quoi séduire. J’ai cessé le décompte des lignes de guitare de chansons légendaires qui se sont parfaitement intégrées aux chansons du groupe durant la soirée. À ce chapitre, l’ajout de Hey Jude dans J’te gâte All Dressed, en clôture, ne pouvait être plus judicieusement choisi.

En quittant le Club Soda, un ami m’a dit : « Prochain concert du groupe à Montréal : M Telus ».

Il n’est même pas permis d’en douter.

Musique

Arts