•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump recevra jeudi le chef de l'OTAN

Donald Trump dans le jardin de la Maison-Blanche

Donald Trump n'a de cesse, depuis son arrivée au pouvoir, de bousculer les Alliés, notamment l'Allemagne.

Photo : Getty Images / Win McNamee

Agence France-Presse

Le président américain Donald Trump recevra jeudi à Washington le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg, a annoncé samedi la Maison-Blanche, sur fond de vives critiques à l'encontre de l'Alliance atlantique.

Les deux hommes discuteront notamment des progrès réalisés par les États membres de l'Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) pour augmenter leur budget de défense et assurer un partage du fardeau plus équitable, a-t-on indiqué de même source.

Donald Trump n'a de cesse, depuis son arrivée au pouvoir, de bousculer les Alliés, notamment l'Allemagne, première puissance économique européenne, qu'il accuse d'être un partenaire défaillant et un mauvais payeur.

Selon la Maison-Blanche, MM. Trump et Stoltenberg parleront également de contreterrorisme, de réseaux 5G et de cyberattaques.

Jens Stoltenberg rencontrera également à Washington le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, ainsi que des membres du Congrès, a fait savoir l'OTAN dans un communiqué.

Réunion de la coalition internationale anti-djihadiste

Le secrétaire général de l'organisation participera par ailleurs jeudi, dans la capitale américaine, à une réunion de ministres de la coalition internationale anti-djihadiste, demandée en urgence par la diplomatie française après l'annonce début octobre par Donald Trump du retrait d'un millier de soldats américains du nord-est de la Syrie.

Le président français Emmanuel Macron a jugé cette semaine l'OTAN en état de mort cérébrale, déplorant le manque de coordination entre les États-Unis et l'Europe et le comportement unilatéral de la Turquie en Syrie.

Il faut clarifier maintenant quelles sont les finalités stratégiques de l'OTAN, a-t-il par ailleurs demandé dans un entretien à l'hebdomadaire The Economist, à un mois d'un sommet de l'Alliance prévu à Londres début décembre.

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré ne pas partager cette vision radicale, la Russie saluant de son côté un diagnostic sincère et des paroles en or.

Politique internationale

International