•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un des auteurs de la tuerie du McDonald’s de Sydney River obtient des sorties sans escorte

Les symboles de la justice : le marteau et la balance.

La tuerie du McDonald's du Cap-Breton est survenue il y a plus de 27 ans.

Photo : iStock / Cristian Baitg

Radio-Canada

L’un des trois auteurs du massacre ayant fait trois morts et une blessée grave au restaurant McDonald’s de Sydney River en 1992 pourra effectuer des sorties de prison non supervisées une fois par mois.

Freeman Daniel MacNeil purge depuis 1993 une peine de prison à vie pour meurtre au premier degré, meurtre au deuxième degré, vol et séquestration.

Aujourd’hui âgé de 51 ans, MacNeil avait 27 ans lorsqu’il a perpétré, avec l’aide de deux complices âgés de 18 ans, la tuerie du 7 mai 1992 dans un restaurant McDonald’s du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Les événements ont coûté la vie à Donna Warren, 22 ans, Jimmy Fagan, 27 ans, et Neil Burroughs, 29 ans.

Entrés par le sous-sol du restaurant, les intrus avaient abattu deux employés d’une balle dans la tête, puis avaient tiré sur une troisième alors qu’elle ouvrait le coffre-fort à leur demande. Les malfaiteurs avaient quitté les lieux avec environ 2000 dollars, non sans gravement blesser par balle une autre travailleuse, Arleen MacNeil (sans lien de parenté avec Freeman MacNeil).

L’attaque a laissé cette dernière lourdement handicapée. Elle a passé 23 ans dans un foyer de soins et est décédée en 2018 à l’âge de 46 ans.

L'ancien restaurant McDonald's de Sydney River.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le restaurant McDonald's de Sydney River (photo) où a eu lieu la tuerie du 7 mai 1992 a été démoli huit ans plus tard.

Photo : Radio-Canada / CBC

Dans une décision du 5 novembre 2019, la Commission des libérations conditionnelles du Canada écrit que Freeman MacNeil sera autorisé à faire une sortie de prison d’une durée maximale de 24 heures, sans surveillance, une fois par mois pour des raisons de « développement personnel ».

La décision sera révisée après deux mois.

Dans les trois dernières années, MacNeil a déjà effectué plus de 300 sorties accompagnées pour des motifs de « croissance personnelle » et pour participer à des thérapies de groupe. 

MacNeil était éligible à une libération complète en mai 2017, mais la Commission avait statué que la nature des crimes et la durée de son incarcération justifiaient une réinsertion plus graduelle dans la société.

Dans sa plus récente décision, la Commission des libérations conditionnelles spécifie que MacNeil a exprimé des remords et indiqué qu’il entendait respecter les souhaits des familles des victimes en ne retournant jamais en Nouvelle-Écosse.

Un autre des auteurs du massacre, Darren Muise, a été libéré en 2012. Le troisième, Derek Wood, a vu sa demande de libération rejetée en 2015, sous prétexte qu’il représentait toujours, selon la Commission des libérations conditionnelles, un risque pour la société.

Le restaurant McDonald’s de Sydney River a été démoli en 2000.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Homicide