•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La petite histoire d’un succès commercial en ligne

Une femme est installée derrière son ordinateur portable.

Sophie Dumais-Parent travaille dans le confort de son foyer.

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Radio-Canada

Sophie Dumais-Parent trouvait le temps long pendant de son congé de maternité. Pour tromper l’ennui et pour briser l’isolement, cette Jonquiéroise a décidé de lancer sa petite entreprise.

Elle a choisi de vendre des produits qui collaient de près à sa réalité de jeune mère de famille : des couches réutilisables pour la baignade.

De prime abord, Mme Dumais-Parent s’est lancée dans cette aventure pour répondre à un besoin personnel.

En voulant se procurer de telles couches pour sa fille Rose, elle s'est rendu compte que les produits déjà sur le marché laissaient à désirer.

J’ai vu que ce n’était pas vraiment à mon goût. On est dans un tournant écologique. Je voulais que les couches soient évolutives et lavables pour pouvoir les réutiliser.

Sophie Dumais-Parent

Comme la nouvelle maman ne parvenait pas à trouver d’articles qui correspondaient à ses goûts, elle a tout simplement décidé d’en créer.

Le hic, c’est qu’elle ne savait pas coudre.

Faisant fi de ce handicap, elle a trouvé toute l’information dont elle avait besoin en ligne, puis elle a fait fabriquer un échantillon en Chine.

Comme elle était satisfaite du résultat, elle a utilisé ses économies pour commander de nombreuses couches s’inspirant du modèle de base.

À ce jour, elle est parvenue à en écouler plus de 150.

Une véritable tendance

La présidente de la Corporation des femmes d’affaires du Saguenay, Véronique Cloutier, n’est guère étonnée de voir de plus en plus d’entrepreneuses comme Sophie Dumais-Parent prospérer.

Selon Mme Cloutier, ces nouvelles venues dans le domaine du commerce de détail réussissent souvent à se positionner dans ce secteur très compétitif en procédant de manière progressive.

Au départ, elles ont une passion. Elles font ça à l’extérieur du travail. Ça leur permet de se monter une clientèle sans lâcher pour autant leurs revenus principaux, constate-t-elle.

En prodécdant de cette manière, elles peuvent passer à l’action sans trop rencontrer de problèmes financiers, ajoute Véronique Cloutier.

La présidente de la CFAS remarque également que bien des mamans profitent désormais de leurs congés parentaux pour se lancer en affaires. Mme Cloutier explique qu’elles se tournent largement vers Internet pour y arriver.

N’importe qui peut faire de la vente en ligne à partir de la maison. Ça ouvre vraiment des horizons, conclut-elle.

Avec les informations de Claude Bouchard et de Louis Martineau

Saguenay–Lac-St-Jean

Commerce