•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le déjà-vu du Toronto FC en finale de la MLS

Des joueurs de soccer en pleine action.

Les Sounders l'avaient emporté 3-2 contre le Toronto FC le 13 avril en match de championnat à Seattle (archives).

Photo : Associated Press / Ted S. Warren

Raphaël Guillemette

Le Toronto FC entreprend, ce dimanche, le dernier épisode d’une invraisemblable trilogie l’opposant aux Sounders de Seattle en finale des éliminatoires de la MLS. L’adversaire est le même qu’en 2016 et 2017, mais les Torontois abordent cette finale différemment.

L’équipe que l’entraîneur-chef Greg Vanney enverra défendre les couleurs des « Reds » pour une troisième fois en quatre ans lors du match ultime n’a pas énormément changé. Après tout, six joueurs présents lors de la finale de 2016 seront de la partie de part et d’autre.

Dans le camp torontois, le capitaine Michael Bradley, le défenseur Drew Moor, le milieu de terrain Jonathan Osorio ainsi que l’attaquant Jozy Altidore sont toujours du nombre, même si ce dernier pourrait ne pas jouer en raison d’une blessure aux quadriceps qu’il a subie lors du dernier match de la saison.

Greg Vanney, entraîneur-chef du Toronto FC

Greg Vanney, entraîneur-chef du Toronto FC (archives)

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

On sent que cette finale est différente. Peut-être plus similaire à celle de 2016 parce qu’il a fallu se battre tout au long de la saison avant de prendre notre élan, reconnaît l’entraîneur américain.

En 2017, nous avons excellé et presque tout gagné! L’année dernière [en 2018], on a continué sur notre lancée, puis tout est allé de travers que ce soit à cause de négociations contractuelles ou des blessures, ajoute Greg Vanney.

Le défenseur Chris Mavinga, qui a aidé le Toronto FC à gagner la coupe MLS en 2017, concède que l’occasion de disputer une nouvelle finale paraissait impossible au début de la saison.

Je n’avais pas honnêtement pensé qu’aujourd’hui je pourrais vivre une nouvelle finale, estime le Congolais. L’objectif du club [au début de la saison], c’était de faire les éliminatoires comme on avait raté l’année 2018!

L’avantage aux Sounders

Les Sounders profiteront de l’avantage du terrain pour la première fois en finale contre Toronto. L’équipe a d’ailleurs annoncé que le CenturyLink Field où jouent également les Seahawks de la NFL affichera complet. Plus de 69 000 billets ont été vendus, un record pour un match de soccer à Seattle.

Le Toronto FC peut toutefois se permettre d’être confiant après avoir surpris le New York City FC et Atlanta United sur leur pelouse respective pour atteindre la finale. La formation torontoise est invaincue depuis 13 matchs en MLS.

Le gardien Quentin Westberg, gauche, célèbre avec son coéquipier Richie Laryea, droite, après avoir gagné contre le New York City FC en demi-finale de l'Association de l'Est, le 23 octobre dernier.

Le gardien Quentin Westberg, gauche, célèbre avec son coéquipier Richie Laryea, droite, après avoir gagné contre le New York City FC en demi-finale de l'Association de l'Est, le 23 octobre dernier (archives).

Photo : Associated Press / Frank Franklin II

C’est peut-être un mot un peu fort, mais on renverse des montagnes ensemble, lance le gardien Quentin Westberg qui sera devant les filets, dimanche. Si on s’était arrêté purement à ces statistiques, je pense qu’on ne serait même pas en [éliminatoires]!

Les gens aiment bien parler de statistiques. En saison régulière, il n’y a que deux équipes qui nous battent : New York City et Atlanta. Ce sont les meilleures équipes de l’Association [de l’Est] et on les a battues. Je pense qu’on ne doit rien à personne, renchérit Chris Mavinga.

Les Torontois n’ont gagné que deux matchs en huit occasions dans leur histoire à Seattle. Neuf des 14 confrontations entre les deux équipes tous terrains confondus sont allées à l’avantage des Sounders.

Toronto

Soccer