•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreuses larves de moules zébrées trouvées du côté américain du lac des Bois

Une moule zébrée.

Les moules zébrées sont déjà présentes dans le lac Winnipeg et la rivière Rouge.

Photo : Ministère des Pêches et des Océans

Radio-Canada

Des larves de moules zébrées ont été retrouvées dans le lac des Bois, indique le service des Ressources naturelles de l’État du Minnesota.

L’espèce envahissante a été découverte à trois différents endroits le long de la rive américaine du lac à la frontière du Manitoba, de l’Ontario et du Minnesota. Jusqu’ici, seules des larves ont été trouvées.

« Même si l’on n’a trouvé aucune moule adulte, le nombre de larves est substantiel », indique l’État américain.

Les moules zébrées ont déjà colonisé les Grands Lacs et le bassin versant de la rivière Rouge et du lac Winnipeg, laissant des plages couvertes de leurs coquillages. Elles peuvent couvrir de grandes surfaces et bloquer des tuyaux, en plus de menacer les espèces de moules indigènes.

L’invasion du lac des Bois pourrait donc avoir de nombreux effets sur les propriétaires, les villégiateurs, les pêcheurs et les touristes qui profitent du plan d’eau, mais certains experts doutent de la capacité du mollusque d’y survivre.

En effet, le lac des Bois pourrait être moins hospitalier que le lac Winnipeg, notamment en raison de la faible teneur de l’eau en calcium, un minéral dont les moules ont besoin pour produire leur coquille.

« On ne sait pas si la composition chimique de l’eau permettra à la moule zébrée de survivre », explique le chercheur Gary Montz, du service des Ressources naturelles du Minnesota.

En 2018, une première larve de l’espèce envahissante avait été trouvée au lac Shoal, une source d’eau potable à la ville de Winnipeg.

La Ville s’y prépare d’ailleurs depuis les années 1990, puisque les moules peuvent s’installer sur les éléments de plomberie de l’aqueduc. Un fonds de 1,2 million de dollars a déjà été constitué afin de protéger les installations municipales.

Winnipeg songe aussi à injecter du chlore dans le tuyau d’approvisionnement de l’aqueduc et se prépare à récurer les tuyaux si nécessaire.

Manitoba

Protection des écosystèmes