•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un service d'interprétation pour permettre aux patients d'être soignés dans leur langue

Un médecin au chevet de son patient.

Un service d'interprétation téléphonique fait ses preuves dans un hôpital du Sud de l'Ontario.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Un hôpital ontarien a trouvé une solution pour offrir des services d'interprétations dans la langue de leurs patients.

Chaque année, environ un millier d'appels téléphoniques sont passés pour obtenir les services d’interprètes ayant une formation médicale à l'Hôpital régional de Windsor.

Ce service téléphonique d'interprétation est fourni depuis environ 15 ans, 24 heures sur 24.

Une étude récente du Dre Shail Rawal a montré que les personnes ayant une maîtrise limitée de l’anglais étaient plus susceptibles de réintégrer les services d'urgences ou d’être réadmises à l’hôpital en raison du manque d’interprètes ayant une formation médicale.

Je me souviens, quand David [Musyj] était vice-président il m'a dit : "Ce n'est pas comme s’ils avaient des interprètes disponibles 24 heures sur 24", et nous avons dit... En fait, c'est le cas, a déclaré la directrice des affaires publiques de l'Hôpital régional de Windsor, Gisèle Séguin.

Il y a deux téléphones à deux combinés qui peuvent être déplacés si nécessaire, et il y a des téléphones fixes aux services d'urgences et au standard téléphonique. Le service — gratuit pour les patients — passe par Interpretalk, un service tiers.

Nous avons apprécié le fait que la traduction médicale soit garantie, a expliqué Gisèle Seguin à propos de la décision de recourir à un service tiers.

Je parle français et je pourrais traduire ... mais voudrais-je expliquer une procédure médicale spécifique? Je ne connais pas la terminologie

Gisèle Séguin, directrice des affaires publiques de l'Hôpital régional de Windsor

Gisèle Seguin a d'ailleurs expliqué que c'était généralement le cas à l'hôpital — la famille et les amis pourraient être en mesure de traduire les bases, mais pas les instructions spécifiques ou les diagnostics des médecins.

Interpretalk propose des traducteurs formés en médecine dans 170 langues différentes. Chaque langue coûte un montant différent par minute, en fonction de l'heure.

Interprétation en arabe

Il y a eu 471 appels passés pour une interprétation en arabe au cours des neuf derniers mois. Au total, ces appels ont duré environ 7210 minutes et coûtent environ 1 $ la minute, soit 7282,20 $ au total. L’arabe est l’une des langues les plus demandées, avec le tagalog et l’ourdou, respectivement parlés aux Philippines et au Pakistan, principalement.

Il y a moins de demandes de langues telles que le télougou — parlée notamment en Inde —, le cantonais et l'espagnol.

Lorsque l'hôpital a ouvert ses portes pour la première fois, il s'appelait Language Line et était utilisé par les hôpitaux de la région de Toronto — ainsi que par la Ville de Windsor.

Pour être honnête, je pensais que tout le monde l'utilisait, a indiqué Mme Seguin. Ce n'est pas, en soi, une solution à tout, mais c'est un excellent outil.

L’hôpital considère que son principal atout est que le service garantit une traduction correcte des terminologies médicales.

Tous les gens qui m’en ont parlé étaient reconnaissants d'avoir eu la chance de l'utiliser, a déclaré Gisèle Seguin, ajoutant qu'elle n'avait entendu personne se plaindre au cours des dix dernières années. Elle l'a même vu utilisé pour aider un patient à commander un repas.

Interpretalk, qui est géré par Language Services Associates, compte environ 3000 interprètes téléphoniques actifs et répond à la plupart des appels en moins de 20 secondes.

Le service coûte environ 20 000 $ par an à l'hôpital.

Windsor

Établissement de santé