•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies subventionnées : Québec pressé d'aller plus loin

Le reportage de Pascale Langlois

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L'Association des garderies non subventionnées du Québec demande au ministre de la Famille d'aller au-delà de son projet pilote consistant à convertir des garderies privées en établissements subventionnés.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, environ 3000 places seront financées par le gouvernement lors d'une première étape, une nouvelle d'abord rapportée par le quotidien La Presse samedi.

Cela représente 5 % des quelque 70 000 enfants fréquentant des garderies privées. La conversion se fera par étape et sur une base volontaire. Les premières conversions se feront d'ici l'été prochain.

Le président de l'Association des garderies non subventionnées en installation du Québec, David Haddaoui, est favorable au projet-pilote mais estime qu'il faut aller au-delà.

C'est ça qu’on attend de monsieur le ministre. On a toujours dit qu’il est temps que les garderies non subventionnées deviennent, dans leur globalité, subventionnées. Bien évidemment, comme je dis, cela doit se faire dans l’ordre, par étape, à échéance fixe. Parce que ces gens-là, il faut qu’ils soient accompagnés parce que ce n'est pas le même modèle au point de vue gestion financière. Mais au point de vue académique c’est le même modèle, a-t-il expliqué lors d'une entrevue accordée samedi à Radio-Canada.

Jeudi, dans sa mise à jour économique, le ministre des Finances Eric Girard a confirmé le retour au tarif unique de 8,25 $ par jour pour tous les enfants des services de garde subventionnés.

Pour ce qui est des garderies non subventionnées, qui ne sont pas visées par cette mesure, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, avait laissé entendre que des annonces les concernant seraient faites bientôt.

Les parents qui envoient leurs enfants dans une garderie privée doivent dépenser jusqu'à 50 $ par jour. Ce montant est remboursé en partie par un crédit d'impôt.

Politique provinciale

Politique