•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un soutien financier pour revigorer la vie syndicale dans des garages de la région

Des affiches syndicales avaient été installées durant le lock-out devant plusieurs garages du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Dans la foulée du lock-out, une reconstruction s'impose au sein du Syndicat démocratique des employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Archives

Radio-Canada

La Centrale des syndicats démocratiques (CSD) vient d’offrir une somme de 350 000 $ au Syndicat démocratique des employés de garage du Saguenay-Lac-Saint-Jean (SDEG-CSD).

Une annonce en ce sens a été effectuée à Saguenay, samedi matin, dans le cadre de l’assemblée générale du SDEG-CSD.

Cette organisation a été fragilisée financièrement par l’interminable lock-out qui a perduré pendant presque trois ans chez près de 30 concessionnaires automobiles de la région.

Ce conflit de travail ayant pris fin à l’hiver 2016 a laissé de profondes cicatrices chez les travailleurs touchés qui ont cruellement besoin de se réorganiser s’il faut en croire le conseiller spécial auprès de la CSD, Serge Tremblay.

C’était costaud comme bataille, se rappelle-t-il.

Après une lutte aussi importante, il faut rebâtir le syndicat. [L’argent], c’est pour aider l’organisation à se reconstruire, à former la relève, ajoute M. Tremblay.

Il faut en faire un syndicat de première ligne prêt à faire face aux prochaines négociations, martèle-t-il.

Serge Tremblay a bon espoir que les pourparlers devant avoir lieu dans environ deux ans ne tourneront pas au vinaigre.

Les relations de travail se sont normalisées. Il est désormais possible de régler les différends en se parlant. Ce n’était plus le cas avant le déclenchement du lock-out, conclut M. Tremblay.

Saguenay–Lac-St-Jean

Industrie automobile