•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élise Turcotte : entre le politique et l'intime

Élise Turcotte en entrevue

L'écrivaine Élise Turcotte

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Julie Tremblay

Une femme victime de harcèlement sur les réseaux sociaux s'isole dans la forêt pour « faire taire les voix qui squattent dans [son] cerveau ». Dans son dernier roman, L'Apparition du chevreuil, Élise Turcotte démontre qu'il peut être difficile d'échapper aux prédateurs qui, du bout des doigts, peuvent nous suivre partout.

Son personnage principal, une écrivaine, est fatigué de composer d'intenses et jolis manifestes de 15 lignes [qu'elle] dépose régulièrement sur son masque social. Elle se retire pour écrire, sans cellulaire ni accès internet, dans un chalet loin de la ville et de ses rumeurs.

Elle a reçu des menaces, elle se dit qu'il faut qu'elle parte pour retrouver sa vie intérieure et un rapport lucide avec la société dans laquelle elle vit, explique l'auteure, qui dit elle-même ressentir souvent le besoin de s'éloigner de Facebook pour prendre une pause.

Les réseaux sociaux sont propices à la violence verbale, aux menaces, au harcèlement, aux discussions sans nuances. C'est très difficile, mais on est dessus pareil.

Élise Turcotte, écrivaine

Dans L'Apparition du chevreuil, les menaces sur internet, faites de surcroît par un groupe masculiniste, rattraperont cependant le personnage principal jusque dans sa retraite.

Je trouvais que ce genre de personnage-là, on ne l'avait pas encore dans le romanesque, explique Élise Turcotte.

On pense que des hommes qui veulent juste être bien, ce sont des masculinistes. Ce n'est pas ça du tout. Le masculinisme ce sont des groupes organisés qui ont une parole antiféministe, des actions antiféministes [...] Ce discours-là est présent pas seulement dans les groupes eux-mêmes, il finit par être présent dans les journaux, être complètement quotidien et normal et ça, je trouve ça dangereux, affirme l'auteure.

Page couverture montrant un enfant à l'intérieur d'un animal.

Le dernier roman d'Élise Turcotte est paru aux éditions Alto.

Photo : Radio-Canada

L'écrivaine explique aussi qu'après les mouvements #AgressionNonDénoncée et #MoiAussi, elle a voulu explorer comment dialoguent les sphères intimes et sociales lorsque vient le temps de parler de sujets controversés.

J'ai voulu voir comment la rumeur, les débats de société entrent dans les maisons. [...] Tous ces débats-là qu'on voyait dans les journaux, dans les réseaux sociaux, se retrouvaient à la table, dans les familles [...] ça faisait des conflits.

Élise Turcotte

Ainsi, comme on le verra dans L'Apparition du chevreuil, prendre la parole, que soit en public ou dans l'intime, vient avec son lot de contrecoups.

Difficile de prévoir les dangers qui se cachent dans l'ombre, car comme le dit la narratrice, perdue dans un rang pour échapper aux prédateurs : l'humanité [...] apparaît comme un Lite Brite. Le dessin reste abstrait.

Bas-Saint-Laurent

Livres