•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le grand projet du petit abattoir de Granby

Fernande Ouellet avec ses oies.

Fernande Ouellet est copropriétaire de la ferme Rusé comme un Canard à Granby.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Las de parcourir des dizaines de kilomètres pour abattre sa volaille, une éleveuse de canards et d’oies de Granby est l'une des instigatrices d'un grand projet : mettre sur pied un petit abattoir dans la région.

Le grand projet du petit abattoir de Granby

Depuis huit ans, on voit qu’il manque d’infrastructures d’abattage au Québec et on voit même une détérioration de la situation, lance d’emblée la copropriétaire de la ferme Rusé comme un canard, Fernande Ouellet.

Actuellement, l’abattoir le plus proche pouvant accueillir les oiseaux de Fernande Ouellet se trouve à l’île D’Orléans, à plus de 200 kilomètres de son entreprise.

On est obligé de faire ces grandes distances pour aller vers les rares abattoirs qui acceptent de faire ce qu’on appelle du travail à la pige. Au lieu d’abattre seulement leur production à eux, il y a quelques abattoirs qui offrent le service d’abattage pour les tiers, mais ils sont répartis un peu partout sur le territoire et de moins en moins nombreux, a expliqué Fernande Ouellet.

C’est pourquoi elle a lancé le projet du petit abattoir, en compagnie de Marc Séguin, le réalisateur du documentaire La ferme et son État, et du chef Simon Mathys, du restaurant Manitoba.

Puisque les grandes filières ont déjà leurs solutions, les petits ont à développer la leur par eux-mêmes [...] On veut faire une unité d’abattage qui va répondre aux plus hauts standards d’inspections, a renchéri Fernande Ouellet.

Le trio a lancé une campagne de sociofinancement via le site Internet de La Ruche Montréal pour concrétiser le projet.

Avoir un abattoir à la ferme c’est relativement coûteux, ce n’est pas à la portée de toutes les fermes et certainement pas les petites, a mentionné la productrice agricole. Même s’il y avait une volonté d’installer plein de petits abattoirs à la ferme, on aurait besoin d’un sérieux accompagnement financier pour être capable de le faire.

Estrie

Alimentation