•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La guerre « ordinaire » des femmes pour faire leur place

Marie-Claude St-Laurent

L'autrice Marie-Claude St-Laurent est originaire de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Julie Tremblay

« C'est une pièce sur les violences ordinaires faites aux femmes », dit la dramaturge Marie-Claude St-Laurent lorsqu'elle évoque son septième texte coécrit avec Marie-Ève Milot, Guérilla de l'ordinaire, publié aux Éditions du remue-ménage.

Guérilla de l'ordinaire nous fait assister à un rassemblement à la mémoire d'une jeune militante disparue. S'y tissent des conversations entre son ex-copain, sa coloc, sa sœur... et une politicienne opportuniste venue y faire valoir sa plateforme électorale.

Deux personnes se parlent sur scène

La pièce « Guérilla de l'ordinaire » a été présentée à l'hiver 2019 à l'Espace Go.

Photo : Radio-Canada

Même si au départ tout le monde semble assister à cette vigile avec de bonnes intentions, les personnages se rendent vite compte qu'il faut avoir le bon profil pour oser prendre la parole et qu'il faudra toujours recommencer pour briser les conventions sociales qui conditionnent les comportements.

Je suis tellement belle qu'il y en a qui pensent que je devrais juste faire ça.

Extrait de la pièce Guérilla de l'ordinaire

Ces conventions sociales, Marie-Claude St-Laurent souhaite les confronter par le théâtre.

On aborde vraiment toutes ces petites violences qui sont difficiles à pointer, qui se trouvent dans des zones grises, dit l'autrice. Pour elle, la dénonciation est primordiale, notamment à travers le mouvement #MoiAussi, qui a incité des milliers de femmes à prendre la parole partout dans le monde.

On est dans une période charnière du féminisme je trouve. On peut adresser publiquement des réalités qui étaient complètement cachées. On est dans un mouvement de libération de la parole, il y en aura d'autres, mais j'espère que les changements vont permettre que ça transforme notre société de façon durable.

Marie-Claude St-Laurent, dramaturge
Marie-Claude St-Laurent

Marie-Claude St-Laurent lors du lancement des livres des Éditions remue-ménage, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La guérilla des femmes, dans la vie comme au théâtre

Si Marie-Claude St-Laurent milite à travers ses textes au théâtre, elle le fait aussi dans la vie. Avec ses collègues, elle vient de lancer une collection dédiée spécifiquement au théâtre des femmes aux Éditions remue-ménage.

Cette collection, baptisée La Nef en référence à la pièce phare du théâtre féministe La Nef des sorcières, vise à mettre en valeur les pièces écrites par des femmes.

Livres sur un présentoir

« Guérilla de l'ordinaire » est paru aux Éditions remue-ménage.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

C'est important pour nous de s'inscrire dans la continuité des féministes des années 70, dit celle qui constate avec désolation que le théâtre est encore beaucoup un monde d'hommes.

Sur les scènes, on s'est rendu compte que les productions portées par des femmes – tant à la mise en scène qu'aux textes – sont souvent confinées dans les petites salles, c'est-à-dire où elles doivent s'autoproduire, où elles bénéficient de budgets moindres.

Marie-Claude St-Laurent

La dramaturge a d'ailleurs participé à un grand chantier à ce sujet, qui a émis la semaine dernière une série de recommandations pour favoriser la présence des femmes (Nouvelle fenêtre) dans le milieu théâtral québécois.

Ainsi, comme le dit l'un des personnages de Guérilla de l'ordinaire : qui, selon son sexe, sa couleur, sa place dans la société, doit parler en premier? Le débat est ouvert.

Bas-Saint-Laurent

Livres