•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois Néo-Brunswickoises déterrent le plus vieux canoë de l'histoire du Maine

Une équipe retire un morceau de canoë de l'eau.

Les étudiantes et leur équipe de professeurs se sont rendues dans la région de Biddeford, dans le sud du Maine, pour leur stage universitaire.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Un groupe d’étudiantes en anthropologie de l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB) ont vécu le rêve de bien d’autres jeunes anthropologues : elles ont déterré le plus vieux canoë jamais découvert au Maine.

Les trois jeunes femmes ne pensaient pas déterrer un canoë Wabanaki de 700 ans des terres du Maine pour un projet universitaire.

« Même lorsque nous étions en train de creuser la terre, nous avions presque un public rassemblé sur les rives, les gens s’y intéressaient », indique l’une des étudiantes, Misty McKinney.

Les étudiantes et leur équipe de professeurs se sont rendues dans la région de Biddeford, dans le sud du Maine, pendant un stage universitaire.

Alison Ireland, Misty McKinney et Marianne Haché.

Alison Ireland, Misty McKinney et Marianne Haché

Photo :  CBC

Gabriel Hrynick, professeur d’anthropologie à l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB), souligne que les travaux sur le terrain ont permis aux étudiants de travailler sur une fouille unique.

« Un canoë, lorsque vous effectuez des fouilles, est assez volatile et ça prend un grand groupe de personnes pour y travailler », indique le professeur.

« C’est donc une excellente occasion pour le genre d’élèves que nous avons formés sur le terrain cet été. »

M. Hrynick, qui dirigeait le stage universitaire, raconte qu’en plus de découvrir le canoë, les étudiantes ont eu l’occasion d’apprendre plusieurs techniques archéologiques sur le site autochtone de Chouacouet.

Un morceau du canoë.

Les trois jeunes femmes ne pensaient pas déterrer un canoë Wabanaki de 700 ans des terres du Maine comme projet universitaire.

Photo :  CBC

Le canoë a été identifié par Tim Spahr, qui travaille pour un groupe de citoyens basé dans le sud du Maine et appelé Cape Porpoise Archaeological Alliance.

L’embarcation a été fabriquée à partir d’une grosse bille, contrairement à la plus connue des embarcations en écorce de bouleau.

Marianne Haché, étudiante de troisième année à l’UNB, raconte que le canoë était en très bon état compte tenu de la longueur et de son enfouissement dans le sable et l’eau salée.

« C’était plus ou moins intact », dit-elle. « Il y a quelques pièces qu’on a dû assembler pour les garder ensemble afin de pouvoir les déplacer sans les détériorer davantage. »

L’embarcation était située sur une plage populaire près d'Old Orchard, dans le Maine, d’où l’importance de creuser rapidement.

« Tout le monde était très respectueux de ce qui se passait. Nous n’avons eu aucun problème avec les personnes [présentes]. »

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Histoire