•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’OIF appuie le Canada pour obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU procèdent à un vote en avril 2018.

Le Conseil de sécurité de l'ONU lors d'un vote en avril 2018

Photo : Getty Images / Drew Angerer

Marc Godbout

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se range derrière le Canada dans sa quête pour décrocher un siège au Conseil de sécurité de l’ONU. Cet appui survient à huit mois du vote, au moment où la candidature canadienne a toujours du mal à prendre son élan.

L’appui de l’OIF, confirmé lors de la Conférence ministérielle de la Francophonie à Monaco, est certainement le bienvenu.

Dans la course à l’obtention de l’un des deux sièges non permanents au Conseil de sécurité à compter de 2021, le Canada fait face à des adversaires de taille : la Norvège et l’Irlande.

L’Organisation internationale de la Francophonie, qui s’est rangée derrière le Canada, regroupe des dizaines de gouvernements francophones dont la majorité est issue du continent africain.

L’OIF a une certaine influence. Ça peut représenter quelque chose, mais il faut quand même être réaliste, explique Gilles Rivard, ancien représentant permanent adjoint du Canada auprès des Nations unies. Il ne faut pas s’imaginer que le Canada peut désormais compter sur [l'appui de] 55 pays. Ça reste une décision souveraine de chacun de ces pays.

L’histoire derrière l’histoire

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, est entouré de la secrétaire générale de l'OIF, Louise Mushikiwabo, et de la ministre Mélanie Joly.

La secrétaire générale de l'OIF, Louise Mushikiwabo, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et la ministre fédérale de la Francophonie, Mélanie Joly, lors d'une visite à Ottawa en juin 2019.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le Canada s’est assuré de l’appui de l’OIF depuis déjà un bon moment.

Les jeux de coulisse ayant mené à ce coup de pouce remontent à l’an dernier.

Une source affirme que cet appui était une des conditions sur la table pour faciliter l’entrée en scène de Louise Mushikiwabo à la tête de l’OIF. Le Canada s’est rallié à cette candidature africaine, même si Michaëlle Jean souhaitait conserver son poste.

Les drapeaux des pays devant un édifice

Les drapeaux des pays devant un édifice des Nations unies, à Genève

Photo : Getty Images / Johannes Simon

Moins d’un an pour convaincre

Le vote pour le mandat de deux ans au Conseil de sécurité que sollicite le Canada doit avoir lieu à l’automne 2020.

La dernière fois que le Canada a tenté sa chance, il a subi un échec humiliant.

Sous le gouvernement Harper, Ottawa avait retiré sa candidature en 2010, après avoir perdu les deux premiers tours de scrutin contre l'Allemagne et le Portugal.

Le pays se doit de gagner l’appui des deux tiers des 194 membres des Nations unies.

L’OIF est une institution multilatérale. Est-ce que son poids relatif est assez fort pour modifier, changer, favoriser davantage le Canada? Ça va peut-être arriver pour quelques votes, mais il ne faut quand même pas surestimer la capacité de l’OIF d’influencer les pays membres, s’ils se sont déjà engagés envers une autre candidature.

Gilles Rivard, ancien représentant permanent adjoint du Canada auprès des Nations unies

Et les deux pays avec qui le Canada est en compétition pour ce siège ont lancé leur campagne des années avant le Canada. Ils sont aussi fort populaires et appréciés de l’ONU.

La Norvège est le pays qui donne le plus en aide étrangère par habitant. Oslo y consacre près de 1 % de son revenu national brut (RNB). L'Irlande verse 0,32 % de son RNB à l'aide au développement et le Canada, 0,27 %.

Des soldats norvégiens participent à une opération d'aide humanitaire.

Des soldats norvégiens de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) lors d'une opération d'aide humanitaire dans l'ouest de l'Afghanistan

Photo : AFP

Une course risquée

Selon les plus récentes estimations d’Ottawa, le Canada a dépensé 1,8 million de dollars pour sa campagne. Par contre, cette somme ne comprend pas les salaires des 13 employés du gouvernement nommés pour travailler à temps plein sur la candidature canadienne.

L’obtention par le Canada du siège convoité lui permettrait de mettre fin à 21 années d’absence à ce puissant comité. Une victoire permettrait de faire oublier la gifle de 2010, mais un échec représenterait une nouvelle humiliation. Le pari est donc risqué.

L’étoile de Justin Trudeau sur la scène internationale brille déjà moins qu’à son arrivée au pouvoir en 2015.

Politique fédérale

Politique