•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lumière sur le héros obscur du Toronto FC Quentin Westberg

Le gardien Quentin Westberg lors d'une mêlée de presse avec les journalistes.

Le gardien Quentin Westberg lors d'une mêlée de presse avec les journalistes.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Raphaël Guillemette

Le gardien Quentin Westberg a changé l’allure de la saison du Toronto FC de sorte que l’équipe aspire désormais à un deuxième titre en trois saisons dans la MLS.

Pourtant, le Franco-Américain de nature réservée est arrivé dans la Ville Reine sans tambour ni trompette.

Il faut être super prétentieux pour savoir que ça allait se passer comme ça, concède l’athlète né en France d’un père américain et d’une mère française.

Déjouer les pronostics paraît pourtant être la norme pour l’ancien de l’AJ Auxerre, un club de deuxième division française. Ces cinq dernières années, le gardien de 33 ans a devancé le numéro 1 dans l’organigramme de chaque équipe qu’il a rejointe.

Le gardien Quentin Westberg, gauche, célèbre avec son coéquipier Richie Laryea, droite, après avoir gagné contre le New York City FC en demi-finale de l'Association de l'Est, le 23 octobre dernier.

Le gardien Quentin Westberg, gauche, célèbre avec son coéquipier Richie Laryea, droite, après avoir gagné contre le New York City FC en demi-finale de l'Association de l'Est, le 23 octobre dernier.

Photo : Associated Press / Frank Franklin II

Le gardien partant Alex Bono n’y a pas fait exception à Toronto.

J’avais cette grande détermination et cette certitude par rapport à mon investissement au club et à la qualité des gens en retour, reconnaît Westberg, séduit par l’occasion de jouer au Canada en février dernier après 13 saisons chez les professionnels en France.

En finale de l’Association de l’Est le 30 octobre dernier, le gardien de but a réalisé un arrêt crucial sur un tir de pénalité pour empêcher Josef Martinez de donner une avance de 2-0 à Atlanta United tôt dans la partie. L’arrêt a donné un second souffle au Toronto FC qui a su compléter la remontée, un peu à l’image des derniers mois.

C’est vrai que le format [des éliminatoires] en MLS fait que chaque victoire a une saveur particulière et elle est meilleure chaque fois. On est un peu junkie de ce genre de sentiment.

Dimanche, le Franco-Américain aura l’occasion de soulever le plus important trophée de sa carrière, la coupe MLS.

Je ne mets pas d’échelons dans ce que je vis, ce que je gagne. Vraiment, ce que j’ai envie de vivre, c’est un autre bon moment, lance Westberg qui a pris part à tous les matchs du Toronto FC depuis le 11 mai.

Ces trois victoires [en éliminatoires] ont encore plus soudé notre groupe. Ce n’est pas au sujet de moi, c’est avec qui tu partages ces moments et les souvenirs que tu vas en garder, enchaîne-t-il.

Soulever un trophée, c’est l’aboutissement, mais tout seul, je n’y serais pas arrivé!

Quentin Westberg, gardien de but du Toronto FC

Du poids à la « French Connection »

Quentin Westberg n’est pas le seul joueur francophone à défendre les couleurs du Toronto FC, mais il se dit lui-même un bon compromis pour tout le monde étant à moitié Français, moitié Américain.

Je permets justement cette petite French Connection qui est très sympa [avec le Français Nicolas Benezet, le Belge Laurent Ciman et le Congolais Chris Mavinga] et qui aussi n’est pas forcément dans son coin, qui a un désir de s’ouvrir et de complètement apprendre, explique-t-il après une dernière séance d’entraînement à Toronto avant de se rendre, avec ses coéquipiers, à Seattle.

Le gardien adore, le mot est faible, son expérience depuis qu’il est arrivé au Canada avec sa femme et leurs trois enfants.

Je pense qu’on colle très bien à l’image que j’ai de la vie à Toronto et de la vie au Canada.

Quentin Westberg, gardien de but du Toronto FC

Toronto, c’est des gens de pleins d’horizons différents qui ressentent énormément de fierté de représenter cette ville et ce pays parce qu’il y a un accueil comme nulle part ailleurs et tu as envie de rendre ce qu’on te donne.

Toronto

Soccer