•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un député coupable de conduite avec facultés affaiblies

Le député provincial libéral Hugh Mackay, de profil, dans un corridor

Le député provincial libéral Hugh Mackay a été arrêté par la police le 13 octobre dernier pour avoir conduit son véhicule après avoir consommé de l'alcool.

Photo : Radio-Canada / Jean Laroche

CBC

Le député de la circonscription Chester-St. Margarets, en Nouvelle-Écosse, devra payer une amende de 2000 $ et se séparer de son permis de conduire pendant un an.

Accusé d’avoir conduit avec facultés affaiblies le 13 octobre dernier, Hugh MacKay a reconnu sa culpabilité en cour provinciale vendredi en après-midi.

M. MacKay a enregistré un taux d’alcoolémie de 0,180 et de 0,190, soit plus du double de la limite légale de 0,08, a déclaré en cour le procureur Sean McCarrol.

Arrêté près de sa résidence après une dispute avec son beau-frère

La police a été alertée de la possibilité que M. MacKay conduisait en état d'ébriété par le beau-frère de ce dernier. Les deux hommes venaient de se disputer au domicile du beau-frère, a déclaré le procureur, au moment où M. MacKey a pris sa voiture en état d'ébriété pour rentrer chez lui.

Quand la police est arrivée au domicile de Hugh MacKay, celui-ci est apparu au volant de son véhicule, avant de reculer et de s’enfuir.

La police l'a arrêté quelques mètres plus loin.

Les policiers ont alors noté une forte odeur d'alcool émanant du véhicule et la présence d’un verre dans un porte-gobelet qui semblait contenir de l'alcool.

Ils ont aussi observé que les mouvements du député semblaient lents et qu'il était instable sur ses pieds lorsqu'il est sorti du véhicule.

Après qu’il a été arrêté, le député a demandé au policier si son arrestation était en lien avec des motifs politiques.

Le député et l’avocat n’ont pas contesté ces faits en cour.

Prêt à chercher de l’aide

Avant le verdict du juge, M. MacKay a déclaré qu'il assumait l'entière responsabilité de ses actes. Il a dit au juge qu'il avait demandé l'aide du programme d'aide aux employés et des services de lutte contre la toxicomanie de la province ainsi qu’au groupe Alcooliques anonymes.

Il a promis, avec de l’aide, qu’il avait l’intention de ne jamais récidiver.

Avant d’entrer au palais de justice de la rue Spring Garden à Halifax, le député a indiqué à CBC qu’il regrettait son geste.

Je regrette d'avoir à être ici aujourd'hui, mais j'assume l'entière responsabilité de mes actes et j'ai hâte d’aller de l’avant.

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale