•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en prison pour l'espion présumé Cameron Ortis

Cameron Ortis, l'air sérieux, est photographié après avoir obtenu sa libération sous caution.

Cameron Ortis, un haut responsable de la GRC accusé d'avoir enfreint la loi sur les secrets canadiens, le 22 octobre 2019.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

L'ex-directeur général du renseignement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) Cameron Jay Ortis, qui est accusé d'avoir enfreint la loi sur les secrets canadiens, doit retourner derrière les barreaux durant l'attente de son procès, a décidé vendredi la Cour supérieure de l'Ontario.

Le juge Marc Labrosse annule la décision du 22 octobre dernier quant à la libération sous caution de M. Ortis, estimant que celui-ci représente toujours une menace pour la sécurité nationale. L'accusé sera incarcéré à Ottawa, selon son avocat.

En octobre, l'homme de 47 ans avait obtenu l'autorisation de résider chez ses parents à Abbotsford, en Colombie-Britannique, en attendant son procès, à condition qu'il se présente à la police fédérale une fois par semaine et qu'il n'utilise pas d'appareil pouvant se connecter à Internet.

La Couronne avait ensuite porté cette décision en appel en novembre. Une ordonnance de non-publication couvre le contenu de la requête de la Couronne et les informations relatives aux procédures.

À la sortie du palais de justice, l'avocat de M. Ortis, Ian Carter, s'est dit déçu par la décision du juge Labrosse. Il a ajouté qu'il attendait de recevoir pour l'instant plus d'informations de la part de la Couronne en ce concerne la poursuite pour commencer à préparer la défense de son client.

La procureure de la Couronne, Judy Kliewer, s'est quant à elle réjouie de la décision, affirmant que la Couronne a toujours cru que M. Ortis devrait être incarcéré, que c'est pour cette raison qu'une réévaluation a été demandée, et que le juge de la Cour supérieure leur a donné raison aujourd'hui.

Cameron Jay Ortis a été arrêté le 12 septembre dernier et est accusé d'avoir violé trois articles de la Loi sur la protection de l'information ainsi que deux dispositions du Code criminel, notamment pour abus de confiance.

L'acte d'accusation énumère sept chefs distincts pour des événements qui remonteraient au 1er janvier 2015 et qui se seraient déroulés jusqu'à son arrestation.

Avec les informations de Claudine Richard et de La Presse canadienne

Crimes et délits

Justice et faits divers