•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vapotage : une huile de vitamine E serait responsable des maladies pulmonaires

Un homme, de profil, fume une cigarette électronique.

Les autorités américaines croient qu'une huile de vitamine E serait responsable des décès liés au vapotage.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les autorités de santé américaines ont annoncé vendredi avoir très probablement percé le mystère des maladies pulmonaires liées au vapotage : une huile de vitamine E apparemment ajoutée dans des recharges au cannabis vendues sur le marché noir.

Les enquêteurs avaient déjà montré du doigt cette huile comme responsable possible de cette épidémie, qui a touché plus de 2000 vapoteurs américains et causé 39 décès. Ils sont confortés dans leurs certitudes par sa découverte chez 29 patients dont les fluides pulmonaires ont été analysés par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Ces analyses apportent la preuve directe que l'acétate de vitamine E est le principal responsable de lésions dans les poumons.

Anne Schuchat, directrice adjointe des CDC

Anne Schuchat a précisé qu'aucune autre toxine potentielle n'avait pour l'instant été détectée dans les analyses.

La vitamine E est normalement inoffensive. Elle s'achète sous forme de gélule à avaler ou d'huile à appliquer sur la peau, mais elle est nocive une fois inhalée ou chauffée. L'acétate est le nom chimique de la molécule.

Santé Canada suit de près les avancées aux États-Unis

Le porte-parole de Santé Canada Éric Morrissette a déclaré que l'acétate de vitamine E n'était pas autorisé dans les produits de vapotage de cannabis canadiens.

Néanmoins, il dit que Santé Canada et l'Agence de la santé publique du Canada surveillent activement la situation de la maladie causée par le vapotage.

Cela comprend le maintien de contacts étroits avec la Food and Drug Administration et les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis afin de mieux comprendre la nature de leurs enquêtes.

Il y a eu sept cas confirmés ou probables de maladie pulmonaire grave liée au vapotage au Canada.

Cela comprend deux cas confirmés au Québec, deux cas probables au Nouveau-Brunswick et trois cas probables en Colombie-Britannique.

Des responsables américains ont déclaré vendredi qu'ils n'avaient jamais auparavant identifié un suspect commun dans les poumons des patients touchés.

Mais ils ont averti qu'ils ne pouvaient pas exclure d'autres substances toxiques, et qu'il faudrait peut-être des études sur des animaux pour montrer clairement le lien entre l'acétate de vitamine E et les dommages aux poumons observés.

Depuis le mois de mars, plus de 2000 Américains utilisateurs de produits de vapotage sont tombés malades, incluant beaucoup d'adolescents et de jeunes adultes. Au moins 40 personnes sont décédées.

Le premier Canadien a été diagnostiqué au Québec en septembre et Santé Canada a exhorté les personnes qui utilisent des produits de vapotage à surveiller l'apparition de symptômes tels que la toux, l'essoufflement, la fatigue, la diarrhée, les vomissements et les douleurs à la poitrine.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Santé publique

Santé